L’espace, communément appelé «sala de chuto», est le premier et le seul au Portugal pour la consommation de drogues avec surveillance par des techniciens de la santé et a été initialement conçu pour 300 utilisateurs au bout d’un an.

C’est le nombre qui a indiqué une enquête réalisée il y a plus de trois ans dans la zone où l’espace est installé, à Vale de Alcântara, près de l’ancien Casal Ventoso.

« Je ne peux pas m’empêcher de penser que ce succès ne signifie pas une bonne chose, c’est un signe que la dimension du problème était bien plus grande que ce à quoi nous nous attendions », a déclaré à Lusa l’infirmier Paulo Marques, coordinateur de la zone de santé du projet.

La salle a commencé à recevoir des usagers le 18 mai 2021 et a fonctionné en tant que projet pilote jusqu’en mars, date à laquelle elle a complété un an d’autorisation de fonctionnement par le Service d’intervention en conduites addictives et dépendances (SICAD).

L’espace est géré par l’association Ares do Pinhal, qui se consacre au rétablissement des toxicomanes, et a également comme partenaire la mairie de Lisbonne, qui a déjà obtenu un financement jusqu’à la fin de l’année. Ensuite, ce devrait être la SICAD, qui supervise le projet, d’assumer le financement, comme l’ont expliqué les responsables d’Ares do Pinhal à Lusa.

La Chambre de Lisbonne et le SICAD ont tous deux reconnu qu’il s’agit d’un projet réussi et qu’il doit se poursuivre, comme en témoigne la perception qu’il était nécessaire « et urgent » d’augmenter l’équipe soignante afin d’avoir « la sécurité et la capacité d’accueil social et social ». santé », Rodrigo Dias Coutinho, directeur clinique des programmes à Ares do Pinhal, a déclaré à Lusa.

L’objectif d’un espace comme celui-ci est de retirer la consommation de drogue de la rue, de la communauté ; assurer la sécurité de ceux qui consomment, avec une assistance en cas de surdosage, mais aussi avec un dépistage médical des maladies aux usagers ; et orientation vers des programmes de traitement et de rétablissement de la toxicomanie.

Dans le cas de la salle de Lisbonne, il existe également une réponse pour les utilisateurs sans-abri, avec accès à des bains ou à une banque de vêtements.

L’équipe infirmière a été renforcée suite à l’évaluation faite après un an de projet pilote, qui permet actuellement deux infirmières par quart de travail.

Avec cela, il y a plus de sécurité dans la consommation et dans l’action en cas de surdosage, qui ont été 17 jusqu’à présent, toutes inversées et concentrées au cours des six derniers mois, coïncidant avec la croissance du nombre d’usagers qui utilisent la salle pour s’injecter des drogues. .

Dans la salle, les drogues sont consommées par voie intraveineuse (injectées) ou fumées, et l’espace réservé aux fumeurs est déjà plein, avec une fréquence d’environ 95 consommations quotidiennes, proche de la capacité maximale. Dans l’espace de consommation intraveineuse, il y a encore de la place pour la croissance.

Selon les données d’Ares do Pinhal, il y a actuellement environ 200 personnes qui visitent la salle quotidiennement et le nombre de consommations quotidiennes est d’environ 135.

L’âge moyen est resté à 44 ans et 85% des utilisateurs sont des hommes.

Au cours de la première année du projet pilote (jusqu’à fin février), il y a eu 16 942 consommations de drogues fumées et 6 889 consommations intraveineuses (29 % et 71 %, respectivement). Si l’on ne considère que les trois derniers mois de cette période, le taux de consommation intraveineuse s’élève à 38 % et celui du tabagisme à 62 %.

« Dans cette évaluation [de março, no final do projeto-piloto] c’est qu’il était possible de négocier certains besoins. Ça ne répondra pas à tous les besoins, bien sûr, l’équipe est quand même très juste. Mais au moins, il est venu ici pour donner un peu de renfort et un peu de soulagement dans ses routines quotidiennes », a expliqué Elsa Belo, coordinatrice technique d’Ares do Pinhal.

L’augmentation du nombre d’infirmiers a donné plus de sécurité aux usagers, compte tenu de l’augmentation des consommations intraveineuses et des surdoses, et a également permis une « augmentation brutale » du nombre de dépistages des maladies infectieuses et le début des traitements contre les hépatites, selon Rodrigo Dias. .

« En 15 jours, nous avons égalé les tests de tous les mois précédents », a ajouté l’infirmier Paulo Marques.

« Avoir plus d’infirmiers », c’est aussi « libérer un technicien de plus qui pourra s’investir davantage dans le suivi des personnes, à un autre niveau », pour les orienter vers des programmes de relance, par exemple, a précisé Elsa Belo.

« Nous étions un peu les otages de la consommation là-bas. Cela conditionnait tout », a-t-il ajouté, donnant en exemple les limitations dans les sorties de l’équipe communautaire dans la rue, dans le quartier où se trouve la chambre, pour les contacts avec la communauté, la collecte de traces de consommation à l’étranger (comme les seringues) ou intervention auprès de la communauté des consommateurs et des nouveaux utilisateurs potentiels.

Coïncidant avec la première année de fonctionnement, cette semaine commence le test, dans une unité mobile, des substances que les utilisateurs prennent pour consommer à l’intérieur de la chambre, résultat d’un protocole avec une entreprise qui effectue ce type d’analyse.

Le dépistage sera volontaire, « un service » mis à la disposition des usagers, en vue de leur sécurité, et une séance de clarification a déjà eu lieu avec ceux qui fréquentent la salle.

Pour les techniciens qui y travaillent, l’analyse des substances est aussi un « enjeu fondamental pour l’intervention en cas de surdosage », a expliqué Rodrigo Dias Coutinho.

Le directeur clinique des programmes Ares do Pinhal a estimé que « différents types d’évaluation » peuvent être faits de la première année de la salle de consommation assistée de drogues de Lisbonne et a souligné que « en termes de besoin de cette réponse, le besoin est complètement prouvé » .

Entre autres aspects, il a évoqué l’adhésion croissante, ces derniers mois, des usagers de drogues injectables, dont la confiance est plus chronophage et difficile à gagner, et c’est la consommation qui « apporte plus de problèmes ».

« Je suis très satisfait de cette adhésion et de cette confiance que les utilisateurs ont dans notre salle », a-t-il déclaré.

« Je pense que le bilan, de manière générale, est très, très positif », a-t-il résumé, ajoutant qu’il espère que la stabilité du financement du projet sera résolue, à partir de l’année prochaine.

MP // VAM