« Gagner les élections au PSD et être candidat au poste de Premier ministre, je pense qu’il est essentiel que nous changions notre politique salariale. Cela signifie que nous ne sommes pas en désaccord, au contraire, avec une augmentation du salaire minimum, une augmentation sensible pour des raisons économiques, pas seulement sociales, sociales sont évidentes, le salaire minimum est très bas, mais il y a aussi des raisons économiques » , il a dit.

Le député européen, qui s’adressait aux journalistes après avoir présenté sa candidature à la direction du PSD, lors du 3e Congrès de la cohésion territoriale, promu par JSD à Portalegre, a averti que les entreprises portugaises « ne survivront pas » à l’avenir avec de bas salaires.

« En ce moment, si l’on regarde la géoéconomie et la géopolitique mondiale, il est évident que les entreprises portugaises ne survivent pas avec de bas salaires, car il y a la concurrence de l’Asie, il y aura la concurrence de l’Afrique, de plus en plus agressive à cet égard », a-t-il prévenu. .

« Nos propres entreprises doivent changer de modèle économique et cela implique aussi de payer des salaires qui augmentent progressivement et progressivement, avec un certain équilibre », a-t-il ajouté.

Le social-démocrate considère que le « gros enjeu » est alors de séparer ces salaires du salaire moyen, afin que le salaire moyen « puisse aussi augmenter ».

« Convertir le salaire minimum en une sorte de salaire général égal à tous et cela ne peut être réalisé qu’avec des augmentations de productivité », a-t-il déclaré.

Paulo Rangel a défendu une réforme fiscale, notamment dans le domaine de l’IRC et un changement dans le fonctionnement de la Justice.

« Ce n’est pas la réforme des conseils supérieurs, c’est la question de la rapidité et de la rapidité des procédures fiscales, sociales et administratives, au moins ces chapitres sont très importants », a-t-il défendu.

Pour l’eurodéputé, il est également « très important », d’orienter à l’avenir « toute » la production vers le secteur de l’exportation.

« Nous devons nous fixer un objectif, et cet objectif est qu’en 2030 nous devrions être, au lieu d’être à 42,43% en termes d’exportations, nous devrions déjà être à un nombre proche de 60% », a-t-il déclaré.

« Si nous ne fixons pas d’ambitions, s’il n’y a pas de vision pour le Portugal, nous continuerons à baisser dans le classement européen », a-t-il ajouté.

Le candidat à la direction du PSD a également rappelé que sous le gouvernement d’António Costa le pays a été « dépassé » par les pays d’Europe de l’Est, une situation qui doit être inversée à l’avenir.

«En 2022, il y aura déjà six pays de l’Est qui auront dépassé le Portugal en Europe. Nous, en 2025, 2026, sur cette voie, avec ces politiques, sans inverser, créer de la richesse, sans faire ça, sans une politique orientée vers la croissance économique, ce n’est qu’en créant de la richesse que l’on peut lutter contre la pauvreté, sans cela on va aller en queue de peloton Europe clairement, nous allons rester au numéro 26 ou 27″, a-t-il prévenu.

« On va vite vers ça, il faut interrompre ça, avoir une vision pour le Portugal et c’est dans ce sens que j’ai dit que cela se traduit clairement dans les politiques de revenus, à travers un accord en concertation sociale », a-t-il ajouté.

Sur la concertation sociale, Paulo Rangel a également critiqué le Premier ministre et défendu la position prise par certains partenaires sociaux ces derniers temps.

«Je ne suis pas la logique d’António Costa, qui a rompu avec l’accord social et comme nous l’avons vu jusqu’à présent, en ce qui concerne les nouveaux fonds européens, l’accord de partenariat, le soi-disant Portugal 2030, ce qui se passe, c’est cette partie de les partenaires sociaux n’acceptent même pas de discuter avec le gouvernement et très bien, car cet accord doit être passé par le nouveau gouvernement et non par le gouvernement en place, car il n’aura plus la force ni la légitimité pour cela », a-t-il déclaré.

Avant, Paulo Rangel a également défendu dans son discours au 3e Congrès de la cohésion territoriale des JSD une autre politique pour les régions de l’intérieur, à savoir les investissements dans l’accessibilité, l’accès numérique, un régime fiscal « attractif », le logement, la santé et l’éducation, afin d’attirer jeunes qualifiés vers ces territoires.

HYT // NS

Le contenu Rangel dit que la « grande cause » du PSD est la relance de l’économie apparaît d’abord dans Vision.