Une étude de l’Associação Lisbonense de Proprietors (ALP) a révélé que quatre membres sur 10 avaient des arriérés de loyer début juin, dont 18,3% ont plus de six mois à recevoir.

Selon la troisième édition du Baromètre ALP « Confiance des Propriétaires », « le niveau de non-conformité reste inchangé par rapport à la précédente édition de l’étude ALP, se référant à janvier 2021 : 40,2 % des répondants — soit quatre sur dix — prétendre être en retard de paiement ».

Parmi ceux-ci, plus d’un tiers (36,5 %) cumule des pertes de trois à six mois de revenus, un autre tiers (33,9 %) entre deux et trois revenus manquants et 18,3 % des répondants ont plus de six mois d’arriérés.

Selon la plus ancienne structure représentative des propriétaires fonciers urbains, « malgré ces données inquiétantes, pratiquement les trois quarts de l’échantillon (74,4%) n’instruiront pas de procédure d’expulsion en justice ».

Parmi ceux qui ont des arriérés de loyer et n’ont pas l’intention d’aller en justice, 59,7% ont déclaré le faire « par solidarité avec les difficultés que la pandémie a apportées aux locataires », tandis que 22% ont admis ne pas aller en justice en raison de la durée de procédure.

Selon l’ALP, les retards sont « une situation chronique de l’état de la justice en matière de location, mais très aggravée par la pandémie et les moratoires sur la suspension des plaintes et les expulsions ».

Compte tenu de la situation, près des deux tiers des répondants (64,4 %) ont démontré qu’ils ne faisaient pas confiance à l’évolution du marché immobilier au second semestre de cette année.

Au regard des plus grandes craintes des propriétaires, la non-conformité des locataires n’est plus pointée comme la principale, ayant été surmontée par la possibilité pour le Gouvernement d’alourdir la pression fiscale sur la propriété.

En ce sens, les propriétaires signalent trois mesures principales à mettre en œuvre pour stimuler la confiance dans le marché et dans l’État : réduire la pression fiscale sur l’immobilier (80,9 % des réponses), promouvoir une réforme efficace de la justice et lutter efficacement contre sa lenteur et , enfin, la création d’une base de données des locataires non conformes, qui respecte la législation informatique et libertés en vigueur, mais qui fonctionne comme une garantie supplémentaire de conformité contractuelle dans les baux urbains (tous deux éléments à enregistrer 69,1% de réponses).

Pour la vice-présidente d’ALP, Iolanda Gávea, « les propriétaires se sentent réduits à des contribuables qui sont obligés de garder leurs coffres remplis de revenus de millionnaires, supérieurs à un milliard d’euros, respectivement, en IMI et IMT, même en contexte de pandémie et avec des niveaux très graves de non-conformité des locataires », c’est pourquoi la crainte d’une augmentation d’impôt apparaît comme la principale préoccupation des propriétaires consultés dans l’étude.

Concernant la base de données des locataires non conformes, le responsable de l’association a souligné qu’il ne s’agit pas d’une « liste noire », mais d’un moyen de rétablir la confiance des propriétaires dans le marché.

« Ce climat d’impunité ne se produit pas, par exemple, dans les défauts de paiement impliquant des banques, dans les prêts hypothécaires. Une banque prêterait-elle de l’argent si quatre de ses clients sur dix faisaient défaut ? Pourquoi alors la situation du bail est-elle acceptable ? Jusqu’à quand ? », a demandé le responsable.

Le Baromètre ALP a été réalisé entre le 1er mai et le 7 juin 2021 et a réuni plus de deux cents propriétaires, dont près des trois quarts étaient membres de l’ALP (75,5%).

La grande majorité des répondants (93,2 %) possèdent des biens placés sur le marché locatif traditionnel.

L’enquête est nationale, mais plus de la moitié (48,6%) des personnes interrogées possèdent des propriétés dans la région métropolitaine de Lisbonne.

MPE // EA

Contenu Quatre propriétaires sur 10 ayant un loyer en souffrance en juin apparaissent en premier dans Vision.