Les projets, dénommés REUSE II et AQUA VINI, sont financés par le Fonds pour l’Environnement, du Ministère de l’Environnement et de l’Action pour le Climat, et « visent à promouvoir l’utilisation de l’ApR dans les activités agricoles de l’Alentejo », explique AgdA, dans un communiqué envoyé à l’agence Lusa.

«L’urgence de s’adapter au changement climatique, l’utilisation efficace de l’eau et la valorisation des ressources dans la perspective d’une économie circulaire, entre autres, sont des enjeux fondamentaux dans le secteur de l’eau et revêtent une importance particulière dans la zone d’intervention d’AgdA», dit l’entreprise.

Pour cette raison, AgdA cherche à «trouver des solutions à ces défis» qui lui permettent «d’être plus résilient et capable d’apporter des réponses efficaces et durables à ses clients».

En ce sens, le programme REUSE II intègre un système de production ApR qui se concentre sur la station d’épuration des eaux usées (STEP) de Beja.

Le projet pilote consiste en une désinfection solaire des eaux usées traitées dans cette station d’épuration à l’usage d’un agriculteur de la région, a-t-il déclaré.

L’eau issue de la désinfection solaire sera réutilisée dans l’irrigation d’un verger de grenadiers, pour étudier l’impact de son utilisation sur le développement des plantes et des fruits, ainsi que l’équilibre des nutriments, les économies possibles dans le dosage des engrais minéraux et le impact de l’ApR sur les récepteurs environnementaux de l’eau et du sol.

L’impact de cette eau sur le système d’irrigation de la ferme où elle sera utilisée est également l’un des éléments à l’étude dans ce projet, qui résulte d’un partenariat entre AgdA et AdP VALOR, la Société de Développement et d’Infrastructure d’Alqueva (EDIA), l’Institut Supérieur d’Agronomie (ISA), l’EFACEC et le Centre Technique et Opérationnel d’Irrigation (COTR).

À son tour, le projet AQUA VINI vise à contribuer à «l’augmentation des connaissances techniques sur la réutilisation de l’eau dans les activités d’irrigation» et à promouvoir l’utilisation de l’ApR dans l’industrie du vin de l’Alentejo, à travers l’étude de son utilisation dans le Monte da vignoble de Ravasqueira, dans la commune d’Arraiolos (Évora).

AQUA VINI étudiera «les effets de cette application sur le développement des cultures irriguées», ainsi que son impact sur les récepteurs environnementaux, les sols et les ressources en eau, en plus des systèmes d’irrigation.

«Cela permettra également d’évaluer l’impact éventuel de l’ApR, qui sera produit à la station d’épuration d’Arraiolos Poente, sur la qualité de l’eau du bassin, la source d’eau pour l’irrigation du vignoble et l’évaluation de l’efficacité du barrières naturelles existantes. La possibilité d’irriguer une partie du vignoble directement avec ApR sera également évaluée », explique le communiqué de l’AgdA.

Le consortium responsable d’AQUA VINI comprend également AdP VALOR, la Commission régionale des vins de l’Alentejo, le Centre opérationnel et technologique d’irrigation (COTR) et les producteurs de Monte da Ravasqueira.

Dans les deux projets, «des évaluations des risques des options d’utilisation étudiées seront réalisées», en plus des «solutions de traitement complémentaires en fonction du schéma d’utilisation en question», explique l’entreprise.

SYL // RRL