Lors d’un rassemblement à Parede, dans le quartier de Porto, auquel il a participé pour soutenir l’actuel président et candidat du PS au conseil municipal local, Alexandre Almeida, le secrétaire général du PS a souligné qu’il faut prendre en compte « trois chiffres » pour y parvenir ont « une idée de ce que le Plan de Relance et de Résilience représente pour les entreprises ».

Affirmant que, dans le cadre du programme Portugal 2020, les entreprises disposaient, en soutien des fonds européens, de « cinq milliards d’euros », António Costa a précisé que, dans le prochain programme Portugal 2030, ce nombre passera à six milliards d’euros, « selon les mêmes termes. » du Portugal 2020.

Par ailleurs, le secrétaire général du PS a également souligné que le PRR « prévoit à la capitalisation des entreprises, et à investir dans l’innovation technologique, 2.930 millions d’euros », en plus des fonds en réserve de 2.300 millions d’euros qui seront également mobilisés. « si les entreprises, dans les six prochaines années, sont capables d’absorber » les 2 930 millions d’euros déjà prévus.

« Ils diront : ‘Il vaut mieux que ce soit plus.’ Ah oui c’était ça ! Mais, malgré tout, ce que nous disons est ceci : entre Portugal 2030 et le PRR, les entreprises auront dans les six prochaines années deux fois plus qu’elles n’en avaient eu les six années précédentes », a-t-il souligné.

António Costa a ainsi affirmé que le « mariage » entre l’Etat et les communes est « absolument indispensable », car, s’il n’appartient pas à l’Etat d' »être un homme d’affaires », il doit « créer les conditions pour que les entreprises puissent investir, être plus forts, trouver de meilleurs marchés pour générer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité, avec une meilleure qualité ».

« Et la mission des municipalités est absolument fondamentale, car ce sont elles qui connaissent le territoire, le tissu d’entreprise, les ressources humaines qui existent dans chaque territoire, et ce sont elles qui sont les mieux placées pour combler le fossé entre les besoins de formation professionnelle, de requalification professionnelle, d’investissement dans la formation des jeunes et des enfants, aux besoins des entreprises (…) qui peuvent investir en toute confiance et sécurité pour contribuer au développement de chacun de ces territoires », a-t-il souligné.

Le secrétaire général du PS a ainsi appelé, à l’image de ce qui s’est passé lors de la pandémie, le pays à « continuer à aider » afin de respecter « l’obligation stricte » et « l’exigence des Portugais d’aujourd’hui » : « de faire de plus en plus vite ».

« Ce qui est de notre devoir envers les générations futures, c’est de ne pas perdre une seconde, une minute, un jour, une semaine, et de retrousser nos manches pour mettre immédiatement en pratique sur le terrain toutes les opportunités que le PRR nous ouvre », a-t-il souligné. .

António Costa consacre aujourd’hui sa journée de campagne municipale au district de Porto, qui couvre huit municipalités.

En plus du rassemblement à Paredes, le secrétaire général du PS a déjà été à Marco de Canaveses et Penafiel et, dans l’après-midi, sera à Valongo, Maia, Matosinhos, Gondomar et terminera la journée à Vila Nova de Gaia.

TA // ACL