« Je suis clairement du côté de la nouvelle direction, je suis tout à fait disponible pour collaborer naturellement en tant que député européen, en tant que leader de la présidence du PPE, où il y a beaucoup de travail à faire, donc le parti peut certainement compter sur moi, comme il l’a toujours fait », a-t-il déclaré aux journalistes à son arrivée au pavillon Rosa Mota, à Porto, où se déroule jusqu’à dimanche le 40e Congrès national du PSD.

Paulo Rangel a toutefois refusé de préciser s’il intégrera les listes pour l’une quelconque des instances du parti qui seront élues dimanche, estimant que « la question des instances n’a pas d’importance ».

Face à l’insistance des journalistes, l’ancien candidat à la direction du PSD, qui s’est présenté contre Rui Rio, a toujours refusé de répondre.

Et il a estimé que « ce qui compte, c’est que le PSD soit uni et mobilisé » pour les prochains combats, évoquant le nouveau leader, Luís Montenegro, soulignant qu’il est « responsable des invitations ».

« Honnêtement, ce qui est essentiel aujourd’hui, c’est le message d’unité et de mobilisation du parti pour remplir les tâches nationales », a souligné Paulo Rangel.

Concernant la possibilité que Jorge Moreira da Silva, qui a couru contre le Monténégro lors des derniers matchs en direct, rejoigne la nouvelle direction, Rangel a estimé qu' »il y a de grands signes d’agrégation » qui, selon lui, « se concrétiseront ».

« Il est naturel et normal à ce stade, avec les défis que le parti a, que cela se produise », s’est-il défendu.

Le député européen a salué le premier discours du nouveau dirigeant, vendredi soir, affirmant qu’il s’agissait « de la première démonstration de ce que seront son programme et sa ligne d’action ».

L’ancien candidat à la tête de la social-démocratie a également pointé des critiques à l’encontre de l’actuel gouvernement dirigé par António Costa, estimant que « malgré qu’il n’a que trois mois, il a déjà montré des signes d’incompétence totale dans le domaine de la santé » et « un très mauvais signe en matière de soins de santé « la hausse des prix ».

« Il n’y a pas de réponses à l’augmentation déraisonnable des prix de l’énergie et des prix alimentaires », a-t-il critiqué.

A côté de cela, il y avait « le problème de l’aéroport, dans lequel il fait preuve d’une désorganisation totale, d’une désautorisation », a-t-il ajouté, défendant qu' »il n’est pas capable de comprendre » qu’un « ministre qui défie et désavoue le Premier ministre et reste en fonctions ». ”.

Pour Paulo Rangel, ce sont trois raisons pour le PSD de donner un « signe de grande mobilisation, d’être aux côtés du peuple portugais, d’être au service de l’intérêt national ».

L’eurodéputé a déclaré qu’il n’avait pas encore décidé s’il devait parler au congrès car sa voix était « très faible ».

Le 40e Congrès national du PSD se déroule jusqu’à dimanche au pavillon Rosa Mota, à Porto.