Le ministre d’État à la Modernisation et à l’Administration publique a annoncé aujourd’hui que les rendez-vous seront rationalisés grâce à un « centre de rendez-vous unique », qui sera disponible à partir du troisième trimestre de l’année prochaine.

En plus de renforcer les magasins et espaces du Citoyen, « nous allons rationaliser et simplifier la programmation », a déclaré Alexandra Leitão, lors de la présentation de la contribution du Plan de Relance et de Résilience (PRR) à la modernisation des Services Publics, dans un événement auquel a participé le Premier ministre, António Costa, qui a eu lieu à Lisbonne.

« Grâce à un centre de planification unique, il sera possible de choisir où effectuer les différents services, en assurant un service en face à face dans de nouveaux Magasins Citoyens plus modernes, orientés pour répondre aux besoins des citoyens et des entreprises », qui est « une étape fondamentale pour réorganiser le service présentiel, le rendre plus efficace et maximiser le nombre d’appels, avec un impact significatif sur les temps d’attente », a souligné le responsable gouvernemental.

Autrement dit, il sera possible de programmer différentes prestations en présentiel au même endroit et en même temps, via ce centre de programmation unique, qui sera disponible à partir du troisième trimestre 2022, selon le cabinet du ministre.

« Je vous donne un chiffre qui permet de prévoir l’impact de cette mesure : en ne considérant que les 20 services publics les plus populaires, on estime que cette mesure permettra d’économiser 14 millions d’heures d’attente. Si nous transformons ce temps perdu en heures de travail productives, nous obtenons un bénéfice pour l’économie de 270 millions d’euros », a déclaré Alexandra Leitão, dans son discours.

Dans les situations qui nécessitent la présence physique des citoyens ou dans lesquelles ils optent pour le service en présentiel, « cette fonctionnalité permettra d’éviter les visites multiples aux services et de réduire les temps d’attente », précise le communiqué de l’Office de la modernisation de la État et administration publique.

Au dernier trimestre 2020, un centre d’appel unique sera lancé qui permettra d’effectuer des services par téléphone, notamment le renouvellement des permis de conduire et la levée des doutes sur divers services publics via un numéro unique.

A partir du quatrième trimestre 2023, il sera possible d’autoriser le partage de données entre les Finances et la Sécurité sociale, « ce qui permettra d’automatiser certaines prestations, à l’image de ce qui se passe déjà avec l’attribution du tarif social de l’énergie », précise l’office. de ministre.

« Avec la création d’un système d’identification et d’authentification unique, simple et universel, qui prendra en charge en toute sécurité les services numériques, téléphoniques ou en face-à-face, il sera possible d’identifier, d’authentifier et de signer numériquement un document via la même application » et « seront également mises à disposition de manière ouverte et en un seul point toutes les données statistiques qui permettent, par exemple, de décider où ouvrir une entreprise », est mentionné dans le communiqué.

Le PRR prévoit un investissement de 578 millions d’euros pour la transition numérique dans l’administration publique (AP).

Sur ce total, 188 millions d’euros seront investis dans la reformulation du service rendu par les services publics et consulaires, avec la refonte du Portail Unique Numérique National, la refonte des services numériques les plus utilisés et le développement de la capacité de service multicanal ; 87,8 millions d’euros en formation d’AP ; 82,8 millions d’euros d’infrastructures numériques critiques efficaces, sécurisées et partagées ; 78,1 millions d’euros dans la transition numérique AP ; et 69,7 millions d’euros de services électroniques durables, basés sur l’interopérabilité et l’utilisation des données pour accroître la transparence et l’efficacité.

Le renforcement du cadre général de la cybersécurité sur la base de la confiance pour l’adoption des services électroniques sera de 46,7 millions d’euros et la modernisation et la numérisation de l’AP Régionale (Açores) comptera pour 25 millions d’euros.

ALU // EA