Lors d’une réunion à Brdo, en Slovénie, avec des correspondants de divers médias européens, dont Lusa, à l’occasion du début de la présidence slovène semestrielle du Conseil de l’UE, Andrej Sircelj s’est imposé, sans surprise, comme une priorité majeure pour le semestre en dans son domaine, la mise en œuvre rapide du plan de relance, avec l’adoption de plans nationaux qui donneront accès aux fonds du mécanisme de relance et de résilience, dont celui du Portugal, qui devrait être formellement approuvé par les 27 dès le 13 juillet.

Le ministre Sircelj, qui succède à João Leão à la présidence du Conseil Ecofin, a confirmé que l’objectif est d’approuver les 12 premiers plans de relance et de résilience (PRR) – ceux déjà validés par la Commission européenne et recommandés pour adoption par le Conseil – lors de la réunion des ministres des Finances prévue le 13 juillet, révélant qu’elle espère organiser une réunion extraordinaire le 26 juillet, « pour adopter le reste des programmes qui ont été évalués entre-temps » par l’exécutif communautaire.

« Bref, si tout se passe bien, la plupart des États membres verront leurs plans adoptés en juillet », a-t-il déclaré.

Concernant les 12 plans nationaux qui ont déjà reçu des avis positifs de la part de l’exécutif communautaire, Andrej Sircelj a indiqué qu’ils ont déjà fait l’objet de discussions au niveau des groupes de travail techniques d’Ecofin, et « aucun Etat membre n’a soulevé d’objections substantielles », il s’attend que le Conseil « confirme les recommandations de la Commission ».

Lors du dernier Conseil Ecofin présidé par le Portugal, le 17 juin à Luxembourg, le ministre João Leão avait déjà indiqué qu’il s’attendait à ce que la présidence slovène approuve les premiers PRR en juillet, permettant ainsi aux États membres « de recevoir les 13% de préfinancement encore en vigueur. début de l’été ».

Une fois que la Commission et le Conseil ont approuvé les réformes et les investissements prévus, il y a un premier décaissement de 13 % du montant total dû à chaque État membre.

Le Portugal a été le premier État membre à livrer officiellement son PRR à Bruxelles, qui prévoit des projets d’une valeur de 16,6 milliards d’euros – dont 13,9 milliards d’euros de subventions non remboursables -, et il a également été le premier à être approuvé par la Commission européenne, le 16 juin.

Pour financer la reprise, la Commission européenne empruntera, au nom de l’UE, des prêts sur les marchés des capitaux à hauteur de 750 milliards d’euros aux prix de 2018 – environ 800 milliards d’euros aux prix courants – ce qui se traduit par environ 150 milliards d’euros par an à compter de moyenne entre mi-2021 et 2026, faisant de l’UE l’un des principaux émetteurs.

Les fonds financeront la facilité pour la relance et la résilience, évaluée à 672,5 milliards d’euros (aux prix de 2018) et un élément central de la « Next Generation EU », le fonds de 750 milliards d’euros approuvé par les dirigeants européens en juillet 2020 pour la relance économique de l’UE à partir de la crise provoquée par la pandémie de covid-19.

ACC (ANE) // JNM

Contenu PRR : la présidence slovène d’Ecofin espère approuver la majorité des plans d’ici la fin juillet.