S'exprimant aujourd'hui au Conseil national du CDS-PP, réuni ce matin par visioconférence, en raison de la pandémie, Adolfo Mesquita Nunes a commencé par signaler que «pendant de nombreux mois, le parti s'est distancé de Marcelo Rebelo de Sousa», l'actuel président de la República, et que «la direction et son président ont critiqué» la performance du chef de l'Etat, s'étant mis d'accord «avec beaucoup d'entre eux».

"Je pense que le CDS, en faisant ce choix, s'orientait vers la présentation de son propre candidat [aux élections présidentielles de janvier 2021], car en fait il y a beaucoup à critiquer dans le mandat de Marcelo Rebelo de Sousa", a-t-il ajouté.

Rappelant que son nom avait été lancé pour une éventuelle candidature "par des dirigeants" et "des personnalités du PSD et du CDS ainsi que de l'Initiative libérale et de la société civile", l'ancien secrétaire d'État a défendu qu'une candidature présidentielle dépendait aussi, outre la volonté individuel, «les conditions» et le «contexte politique», mais «les dirigeants ont fait savoir, certains sur» et «off» », que son« nom était inacceptable pour cette direction, et qu'il valait mieux lancer si d'autres noms ».

«Face à cette démonstration, je n'ai fait qu'une chose: m'inscrire et agir en conséquence. Il ne me vient pas à l'esprit, ni ne me viendrait à l'esprit, d'annoncer ou de lancer une candidature présidentielle contre mon propre parti, contre la direction de mon propre parti, contre ce que le parti voulait », a-t-il souligné.

«Sans jamais en dire plus, je viens de dire: je ne suis pas candidat. Et je n'en ai jamais reparlé jusqu'à aujourd'hui, et je pense que je l'ai traité avec tout l'institutionnalisme », a-t-il défendu, prévenant que son« silence pendant ces mois »ne doit pas être interprété« comme acceptant l'idée qu'il n'y avait pas de candidat parce que le candidat ne voulait pas ».

Adolfo Mesquita Nunes a alors souligné qu '«il n'y avait pas de candidat» du CDS «parce que la direction du parti faisait savoir», à travers les médias et les réseaux sociaux, que son nom «ne pouvait pas mériter le soutien» du parti.

«Et je dois respecter cela. Je respecte la direction de mon parti, comme je respecterai la direction de mon parti dans la décision qui est prise aujourd'hui, malgré le fait que je ne suis pas d'accord avec elle », a-t-il garanti.

L'ancien vice-président du CDS a évoqué avant le vote un éventuel soutien à Marcelo Rebelo de Sousa lors des prochaines élections présidentielles, confirmé cependant par le vote des conseillers.

Mesquita Nunes a estimé que le CDS s'est retrouvé sans "plus d'alternatives", arguant que "c'est le pire qui puisse arriver à un parti politique" et que "c'est un danger qui ne peut pas se présenter aux élections municipales" l'année prochaine.

Tout au long de la journée, plusieurs centristes ont regretté que le parti n'ait pas présenté de candidat à la présidence de la République.

Dans son deuxième discours de la journée, le président du parti, Francisco Rodrigues dos Santos, a noté qu'Adolfo Mesquita Nunes «n'a jamais informé ni communiqué à la direction du parti l'intention de se présenter à la présidence de la République», pour ce qu'il pensait être «une rumeur lancé par d’autres partis ».

"Il n'est pas vrai que la direction du parti ait jamais rejeté le nom d'Adolfo en tant que candidat", a ajouté Francisco Rodrigues dos Santos, arguant que jusqu'à présent "on ne sait toujours pas s'il voulait être candidat".

Le leader du CDS-PP a considéré les différents avis présentés au Conseil national comme «naturels et parfaitement sains» – le deuxième depuis son entrée en fonction au début de l'année – et a souligné que «la direction n'a absolument aucun doute» que la candidature de Marcelo Rebelo de Sousa est celui qui devrait être soutenu par le parti «de manière approfondie et cohérente».

En réponse aux conseillers, Francisco Rodrigues dos Santos a également affirmé qu'il ne lui appartenait pas de «calibrer ou tempérer l'enthousiasme pour l'adhésion de chacun à la candidature, ou la non-adhésion», et il a refusé que cette décision avait été prise «à la dernière minute». »Ou tardivement, mais peu de temps après l'annonce de Marcelo Rebelo de Sousa qu'il sera candidat et« n'est plus d'actualité pour personne ».

FM // MP

Contenu présidentiel: Mesquita Nunes dit qu'il n'a pas avancé parce qu'il n'avait pas le soutien de la direction du CDS, apparaît d'abord à Visão.