Environ 47 % des micro et petites entreprises portugaises ont enregistré une situation de trésorerie grave pendant la pandémie de covid-19, dont 25,4 % enregistrant une forte baisse de leur chiffre d’affaires, selon les résultats d’une enquête publiée aujourd’hui.

Selon la première enquête sur la littératie financière des entrepreneurs de micro et petites entreprises et les défis de Covid-19 au Portugal, présentée ce matin au Museu do Dinheiro, à Lisbonne, 46,6% des entreprises interrogées ont enregistré pendant la pandémie « un grave situation de trésorerie, dans laquelle les entrées de trésorerie se sont avérées insuffisantes pour faire face aux sorties de trésorerie ou pour payer les dépenses prévues de la société ».

Dans ce contexte, 25 % ont utilisé les liquidités disponibles, tandis que 18,9 % ont réduit les coûts de fonctionnement de l’entreprise et 13,8 % ont contracté de nouvelles dettes.

Le rapport indique également que 64,2 % des entreprises ont eu recours au soutien de l’État pendant la pandémie. Parmi les soutiens les plus « populaires » figuraient les « licenciements » (32,1%), les moratoires (25,2%), les lignes de crédit (24,3%) et les politiques fiscales (19,6%).

L’enquête portait également sur la connaissance des produits bancaires. Plus de 75 % déclarent connaître des produits tels que le crédit bancaire (95,3 %), les cartes de crédit professionnelles (92 %), le « leasing » ou la location longue durée (88,5 %), l’assurance responsabilité civile (88,1 %), la multi-assurance. assurance risques (83,8%) ou autorisation de découvert ou compte courant garanti (77,4%).

En revanche, 1,2% déclarent ne connaître aucun produit financier, tandis que le financement « mezzanine » n’est connu que de 4,4 % des entrepreneurs et « l’offre initiale de pièces » par 6,3 %.

Quant à la détention de produits financiers, l’assurance responsabilité civile est la plus prisée, avec près de la moitié (49,2%) des entrepreneurs en ayant une, tandis que 46,7% ont une carte de crédit pour l’entreprise, 45% avec un prêt bancaire et 44,9% avec une multi -l’assurance des risques.

Pour le processus de choix d’un produit ou service financier, 63,9% ont déclaré avoir envisagé plusieurs options de différentes institutions, 18,2% ont envisagé plusieurs options d’une même institution, 4,0% n’ont pas trouvé d’options à considérer et 10,0% n’ont envisagé aucune autre option.

Le directeur de la Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM) Rui Pinto a regretté que le recours au marché des capitaux soit encore « très limité ».

« Dans un contexte où les principales sources de financement des entreprises restent l’autofinancement et le crédit bancaire, le recours au marché des capitaux permet aux entreprises de diversifier ces sources de financement et d’avoir une structure capitalistique plus équilibrée et pérenne », a-t-il déclaré, dans la déclaration votre intervention.

L’enquête, qui a porté sur 1 541 micro et petites entreprises comptant jusqu’à 50 travailleurs, a produit des résultats qui les placent au-dessus de la moyenne des 14 pays étudiés.

Dans le cas des entreprises comptant jusqu’à neuf salariés, elles obtiennent un score moyen de 77,3, contre une moyenne de 67,6 pour l’ensemble des pays et de 68 pour les pays du G20. Parmi les entreprises comptant entre 10 et 49 salariés, le score était de 83,9, suffisant pour se classer deuxième au classement général, derrière l’Espagne (84,3) et au-dessus de la moyenne du G20 (74).

Pour autant, Rita Bessone Basto, qui a présenté les résultats, a estimé que ces comparaisons devaient être faites avec « prudence », puisqu’elles n’étaient pas « stratifiées avec des critères communs » aux 14 pays et que l’enquête était réalisée « en ligne ».

Quant à la caractérisation des entrepreneurs, 74% sont des hommes, 63% ont entre 40 et 60 ans, 71% ont plus de 10 ans d’expérience, 61% ont fait des études supérieures et 50% sont des enfants de chefs d’entreprise.

Quant aux entreprises, 79 % sont des micro-entreprises, 66 % existent depuis plus de 10 ans et 25 % ont un chiffre d’affaires supérieur à 500 000 euros.

Le vice-gouverneur du Banco de Portugal, Luís Máximo Santos, a souligné que la littératie financière a été l’une des priorités dans les travaux de l’OCDE et du G20, notant qu’il s’agit d’un facteur essentiel pour le succès des petites et moyennes entreprises dans Le Portugal, dont l’importance dans le tissu entrepreneurial a été mise en évidence.

Le ministre de l’Économie et de la Mer, António Costa Silva, a défendu que l’analphabétisme financier est « l’un des problèmes auxquels le pays doit faire face » et a également souligné « l’importance fondamentale des PME [pequenas e médias empresas] », qui représentent plus du quart du tissu productif du pays.

Le ministre s’est également inquiété du problème de la capitalisation des entreprises.

« Si nous ne changeons pas le paradigme du financement des entreprises, avec les banques, les marchés de capitaux, il sera difficile de surmonter les revers et les difficultés dans lesquels se trouve le pays », a-t-il souligné.

En ce qui concerne l’indicateur de numérisation, le Portugal occupe la quatrième place, avec 31,2 points dans les entreprises comptant jusqu’à neuf employés — au-dessus de la moyenne des pays (25,7 points) et du G20 (27,1) — et 35,3 points dans les entreprises employant entre 10 et 49 travailleurs — contre une moyenne de 33,2 points et 32,9 points dans les pays du G20.

L’étude faisait partie du premier exercice de comparaison internationale sur la littératie financière de ces entrepreneurs et a été promue par la présidence italienne du G20 dans le cadre du Partenariat mondial pour l’inclusion financière, sur la base d’un questionnaire élaboré par le Réseau international sur la finance Education (INFE) de l’OCDE.

JO // JNM