1-1-e1669908198824-png

Premier jour de grève partielle sur la ligne Sado avec 90% d'adhésion – syndicat

Selon le président de la SFRCI, entre 05h00 et 08h00 aujourd'hui, seuls quatre trains correspondant aux services minimums ont circulé sur la ligne Sado (Barreiro – Setúbal) et un qui n'avait pas été décrété pour des services minimums.

Cela reflète une adhésion de 90% à la grève, a déclaré le syndicat.

Dimanche, dans un communiqué, le syndicat représentant les cheminots des carrières commerciales, de transport et de gestion directe du CP, a annoncé qu'il allait entamer plusieurs jours de lutte avec le premier qui se déroulerait à Linha do Sado, au cours de cette semaine, entre le 05h00 et 08h00.

Parmi les raisons invoquées pour la grève, le syndicat se dit opposé à la gestion opérationnelle du CP, "qui oblige les travailleurs à faire des heures supplémentaires", et demande la reconstitution totale de l'offre ferroviaire au niveau national.

La structure syndicale affirme que les travailleurs sont opposés à la proposition de règlement de carrière présentée par CP qui «éteint les catégories professionnelles de révision et de vente et de vente et de contrôle et les techniciens commerciaux».

La note critique l'interdiction imposée aux trains sur la ligne Sintra / Azambuja, qui empêche les examinateurs «d'exercer leurs fonctions de contrôle et de surveillance et d'intervention sur le taux d'occupation des trains», dans cette situation de calamité décrétée pour le Grand Lisbonne en raison de la pandémie due à covid-19 et aussi le manque d'approvisionnement en train pour les utilisateurs de la même ligne de sorte que l'occupation pendant les heures de pointe peut être réduite.

«Le ministre (Infrastructure et Logement, Pedro Nuno Santos) a présenté de nouveaux autocars par rapport à l'Espagne et, en fait, la gestion de l'entreprise au cours de la dernière année a été essentiellement cette situation: uniquement concernée par la question de l'entretien et de l'achat de matériel le matériel roulant, ce qui est important, mais le CP n'est pas seulement des ateliers et du matériel roulant », a défendu Luís Bravo.

De l'avis du syndicat, la gestion quotidienne des trains, des horaires et du personnel ne se fait pas «avec la compétence appropriée».

A titre d'exemple, le dirigeant syndical met en avant le problème de l'augmentation de l'offre sur la ligne Sintra, qui est à l'étude, pour éviter les pics aux heures de pointe, mais qui n'auront de réponse que dans les trois mois.

"La question du virus et les besoins des utilisateurs et des travailleurs ne sont pas compatibles avec les réponses depuis deux ou trois mois, mais cela a été la date limite pour les réponses à tout problème existant dans l'entreprise", a déclaré Luís Bravo.

Pour le dirigeant syndical, le fait que quatre des cinq membres du conseil d'administration du CP aient quitté l'ancienne compagnie de maintenance des équipements ferroviaires (EMEF) est l'une des causes de la persistance d'un «ensemble de problèmes».

"Il existe un conseil d'administration avec une connaissance très spécifique du domaine de l'atelier, mais en termes de gestion des trains et du personnel, nous souffrons des conséquences de ce manque d'expérience et de connaissances", a-t-il estimé.

Le syndicat regrette d'avoir été contraint de recourir à la grève «en ce moment très difficile» et transmet à la semaine prochaine la publication du calendrier des formes de lutte qui seront menées à travers le pays.

MPE (CC) // EA

Articles récents