Bien qu’il soit inclus dans la partie du Code de procédure pénale consacrée aux « mesures de contrainte et de garantie des biens », José Sócrates considère que la durée d’identité et de résidence (TIR) ​​​​n’a pas, comme l’indique la loi, la « nature d’un mesure de contrainte », mais il incombe simplement à l’accusé de fournir une adresse afin de recevoir les avis du tribunal. C’est l’un des arguments avancés par l’ancien Premier ministre, qui a été jugé pour faux en écritures et blanchiment d’argent, pour contester le fait qu’il s’était rendu au Brésil sans en avertir le tribunal qui le jugera.

Dans un article publié ce mercredi dans le journal « Tal&Qual », en réaction à l’enquête de VISÃO sur ses voyages au Brésil non signalés au tribunal, Sócrates insiste sur la thèse selon laquelle, en tant qu’accusé soumis au TIR, il n’est pas obligé d’informer le les absences au tribunal de plus de cinq jours à partir de l’adresse que vous avez fournie. « C’est ainsi que je vois les choses et cela me semble être la seule interprétation de la loi digne d’un ordre pénal dont la valeur principale est la liberté », écrit-il dans le texte qui, comme le mentionne le journal lui-même, a été rejeté « par plusieurs organes de droit. Communication sociale ».

José Sócrates, comme l’a déjà déclaré son avocat, a également soutenu qu’il avait décidé de ne rien communiquer en « légitime défense » de sa vie privée. Pour le prévenu, « tout ce qui se dit dans le procès est à la disposition du parquet et tout ce qui est à la disposition du parquet finit dans les journaux ». L’ancien Premier ministre n’a toutefois pas mentionné que le processus est actuellement public, ayant été consulté ces derniers mois par plusieurs journalistes.

Poursuivant son interprétation de la loi, José Sócrates déclare également qu’il ne reconnaît pas la légitimité du juge du fond pour dissocier de l’opération Marquês les faits relatifs à la falsification de documents et au blanchiment d’argent, prononcés en jugement, le 9 avril 2021, par le juge Ivo Rosa. C’est-à-dire que la magistrate s’est limitée à isoler les faits et les preuves de ces deux crimes, en les isolant du reste du procès dont le juge Ivo Rosa a ordonné l’archivage, mais qui est en appel devant la cour d’appel de Lisbonne, comprenant que cela la compétence pour séparer les affaires n’appartient pas au juge du fond, mais au juge d’instruction », a-t-il écrit, malgré le fait qu’il existe déjà une décision du juge Trigo Mesquita (entre-temps, à la retraite) d’accepter la décision du juge Margarida Alves .

Il convient de noter que la défense de José Sócrates a encore fait appel devant la Cour constitutionnelle, mais a perdu. Par conséquent, et comme il dit ne pas être d’accord avec la séparation des procédures, José Sócrates pense également qu’il n’est pas soumis à une condition d’identité et de résidence, puisque, à son avis, il n’a jamais été constitué défendeur dans cette « nouvelle » processus.

Cinq jours

Le texte de José Sócrates paraît au lendemain d’une ordonnance de la juge Margarida Alves, qui a donné cinq points à sa défense pour expliquer les raisons des déplacements au Brésil non communiquées au tribunal, comme l’a demandé le procureur du ministère public. Vítor Pinto a demandé à la défense de l’ancien Premier ministre de communiquer si « entre le 9 avril 2021 », le jour de la décision d’instruction qui l’a prononcé pour le procès, « et la date actuelle, s’est-il jamais » rendu à l’étranger et y est resté plus longtemps plus de cinq jours ».

Dans le même document, auquel VISÃO a eu accès, le procureur Vítor Pinto demande également « quelle est la raison pour laquelle il n’a pas informé les registres de son absence pendant plus de cinq jours », ajoutant que l’information est demandée « au vu de l’art. , nº1” du Code de procédure pénale. C’est-à-dire : l’article qui prévoit le réexamen des mesures coercitives en cas de non-respect : « En cas de manquement aux obligations imposées par l’application d’une mesure coercitive, le juge, compte tenu de la gravité du fait allégué crime et les raisons de l’infraction , peut imposer une autre ou d’autres mesures coercitives prévues dans le présent Code et recevables en l’espèce »