1-1-e1669908198824-png

Portway dit que la grève dans les aéroports compte « moins de 10% » d’adhérents

« La grève déclenchée par Sintac a un taux de participation inférieur à 10 %. En tant que grève sectorielle, de l’assistance au sol aux compagnies aériennes, elle provoque des annulations de vols dans les opérations assistées par Portway dans les aéroports de Lisbonne et de Porto. Aux aéroports de Faro et de Funchal, aucune contrainte n’est prévue », a indiqué la compagnie dans un communiqué.

Syntac, à son tour, indique des nombres beaucoup plus élevés. « Nous avons environ 90% d’adhésion à Lisbonne, 85% à Porto, Funchal entre 60 à 70% et à Faro 40 à 50% d’adhésion », a déclaré le directeur de Sintoc pour Portway, Pedro Figueiredo, dans des déclarations aux journalistes à côté de Lisbonne. installations aéroportuaires.

Portway a rappelé que « la liste des annulations, mise à jour en temps réel, peut être consultée sur le site Web d’ANA – Aeroportos de Portugal – https://www.ana.pt/pt/institucional/home » et que « les références aux compagnies aériennes concernées par cette grève sont mis à jour en permanence sur https://www.portway.pt/pt/media/noticias/ ».

La compagnie « regrette les désagréments que cette situation cause aux passagers et conseille aux voyageurs de confirmer leurs vols auprès des compagnies aériennes, avant de se diriger vers les aéroports ».

Pour Portway, cette grève est « un acte irresponsable, car les raisons de l’appeler ne correspondent pas à la réalité », garantissant qu' »elle met en péril la reprise du secteur et de l’économie nationale dans une période d’intense activité aéronautique et touristique et affecte sûrement la capacité de l’entreprise à traduire la reprise financière tant attendue en de meilleures conditions pour les travailleurs ».

« Portway fait appel au sens des responsabilités de Sintoc pour que les services minima édictés par le Gouvernement soient respectés », selon la même note.

L’entreprise a de nouveau attaqué les allégations du syndicat.

« Portway respecte toutes les lois et réglementations applicables, y compris les accords d’entreprise en vigueur et les droits du travail de ses travailleurs, qui incluent le droit de grève et le droit de travailler en toute liberté et conscience », a-t-il déclaré, garantissant également que  » ne font pas appel à des services extérieurs pour faire face à la grève, ceux qui peuvent légitimement le faire sont les compagnies aériennes et les aéroports ».

La société a également souligné que « ANAC [Autoridade Nacional da Aviação Civil] et l’ACT [Autoridade para as Condições do Trabalho] sont sur le terrain pour vérifier la légitimité de toutes les situations ».

Portway a assuré que « des mises à jour de rémunération ont été faites de 2019 à nos jours, ce qui représente une augmentation de 11% de la rémunération des travailleurs qui étaient au service de l’entreprise pendant cette période » et que « les congés sont payés avec une augmentation de 150 % par rapport à la valeur/heure », défendant que « cela respecte toutes les règles concernant le paiement des congés, et il n’y a aucune décision qui supporte une entente contraire ».

Enfin, la compagnie a souligné qu’« elle privilégie la sécurité avant tout et rejette fermement toute accusation de concessions ou de facilitations opérationnelles pouvant compromettre la sécurité de ses clients, passagers et travailleurs » et qu’« elle ne tolère pas les facilitations dans les domaines de la sécurité opérationnelle ». ” .

Les travailleurs de Portway ont entamé aujourd’hui une grève de trois jours dans les aéroports de Lisbonne, Porto, Faro et Madère, à l’appel de Sintoc, qui a entraîné l’annulation de plus de huit douzaines de liaisons.

ALYN (MPE) // AE

Articles récents