1-1-e1669908198824-png
oe2023-la-cfp-estime-un-deficit-a-11-et

OE2023 : la CFP estime un déficit à 1,1% et un poids de la dette publique à 111% l’an prochain

Le Conseil des finances publiques (CFP) estime un déficit de 1,1 % pour l’année prochaine, soit 0,2 point de pourcentage au-dessus de l’estimation du gouvernement, et un ratio dette publique/PIB de 111 %, a été publié aujourd’hui.

Dans l’analyse du projet de budget de l’État pour 2023 (OE2023), la CFP – qui avait déjà entériné le scénario macroéconomique inclus dans le document remis le 10 octobre – explique que, sur la base de l’estimation du ministère des Finances (MF) pour 2022 et les hypothèses retenues pour 2023, indiquent que l’année prochaine, le déficit budgétaire s’établira à 1,1 % du produit intérieur brut (PIB), soit 0,2 point de pourcentage (pp.) de plus que prévu.

Selon la CFP, « la réduction du déficit entre 2022 et 2023 est en grande partie due à la réduction des coûts avec la pandémie et à la non-répétition en 2023 de certaines des mesures récemment annoncées pour atténuer l’effet de l’inflation ».

« La réduction prévue par le MF pour atteindre l’objectif de déficit budgétaire fixé pour 2023 sera obtenue par une augmentation nominale des recettes supérieure à celle prévue pour les dépenses », souligne-t-il.

L’institution dirigée par Nazaré da Costa Cabral pointe un solde primaire positif (sans intérêts) de 1,1% du PIB en 2023, inférieur à celui anticipé par le gouvernement, de 1,6% du PIB.

La CFP estime également que le poids des intérêts dans le PIB augmentera à 2,2%, soit 0,3 pp de moins que celui prévu par le ministère des Finances.

« L’exercice CFP suppose les hypothèses sous-jacentes de la proposition OE2023 pour les taux d’intérêt à court et moyen-long terme de la nouvelle dette à émettre, qui se traduisent toutefois par une expression plus faible de ces charges par rapport à la prévision du MF. [Ministério das Finanças] », il explique.

Parmi les principaux agrégats, la CFP estime que le poids de l’ensemble des recettes sera fixé à 44,1 % du PIB en 2023, en dessous des 44,5 % du PIB prévus dans OE2023.

« La quasi-totalité des recettes non fiscales et non contributives contribue à ce poids moindre des recettes dans le PIB, que la PCP projette à 0,4 pp de PIB inférieur aux attentes du MF », détaille-t-il.

Les revenus du capital « justifient la plus grande part de cet écart (0,2 pp du PIB), mais sans impact sur le solde budgétaire, puisqu’ils correspondent à des fonds à recevoir de l’Union européenne pour l’investissement dans des dépenses d’investissement hors champ ».

La CFP estime également que le taux d’endettement public atteindra 111% du PIB en 2023, proche des 110,8% projetés par le Gouvernement.

La différence s’explique, explique la CFP, par un excédent primaire inférieur de 0,5 pp aux prévisions de l’exécutif.

Toutefois, la CFP souligne que ses estimations sont particulièrement sensibles à l’évolution des autres dépenses d’investissement.

« Si la prévision budgétaire du MF pour les « autres dépenses en capital » est acceptée, mécaniquement le calcul du solde et de la dette publique en ratio du PIB se traduirait par 0,4 pp de PIB inférieur à celui obtenu par la CFP dans l’exercice de projection présenté », fait référence.

AAT // JNM

Articles récents