L’Etat a emprunté plus de 2.377 millions d’euros au cours des quatre premiers mois de cette année, par rapport au montant enregistré sur la même période de 2020, selon un rapport de l’Unité d’appui budgétaire technique (UTAO) rendu public ce jour.

« Au cours des quatre premiers mois de 2021 l’Etat a garanti un produit net des passifs financiers de 6 493 ME [milhões de euros], une valeur supérieure à celle enregistrée entre janvier et avril 2020 à 2 377 ME », renvoie le rapport sur les conditions de marché, la dette publique et la dette extérieure.

Selon les auteurs de l’étude, aujourd’hui rendue publique, la pression pour obtenir ces recettes nettes était, d’emblée, l’exécution du budget, « dont le déficit global a consommé » 5 679 millions d’euros de ces ressources, une valeur qui dépasse 2 296 millions d’euros que le celui enregistré au premier trimestre 2020.

Par ailleurs, précise également l’UTAO, les dépenses nettes en actifs financiers du sous-secteur de l’Etat ont consommé 814 millions d’euros, soit 81 millions d’euros de plus qu’à la même période de l’année précédente.

Selon le document, au cours des quatre premiers mois de 2021, l’État a dû se financer à hauteur d’environ un tiers (33,8 %) du montant prévu pour toute l’année, l’UTAO précisant qu’entre janvier et avril 2021, le résultat net des passifs financiers « s’établit à 6 493 millions d’euros, soit 12 719 millions d’euros en deçà des prévisions du Budget de l’État/2021 pour l’ensemble de l’année 2021 ».

« Ce résultat était dû, d’une part, au fait que, jusqu’en avril, un déficit de 5 679 ME a été atteint, ce qui est inférieur à la prévision du Budget de l’Etat/2021 pour le total de l’année, à environ 6 137 ME. En revanche, les dépenses nettes sur immobilisations financières exécutées jusqu’en avril 2021 se sont élevées à 814 ME, soit 6 582 ME en deçà des prévisions pour l’ensemble de l’année (niveau d’exécution de 11,0%) », peut-on lire en rapport.

A fin avril 2021, la valeur de la dette directe du sous-secteur de l’Etat s’élevait à 270 038 millions d’euros, traduisant une baisse de 4 328 millions d’euros de la chaîne mensuelle, résultant essentiellement de la réduction de la dette titrisée à moyen et long terme. en moins de 4 153 millions d’euros, et également de la baisse des contreparties des comptes de marge reçus dans le périmètre des dérivés financiers (– 112 ME) et de la dette titrisée à court terme (– 95 ME).

Le document précise que la dette non titrisée, composée principalement de Bons de caisse et de Bons de Trésorerie, a enregistré une hausse mensuelle de 31 millions d’euros, alors que la baisse mensuelle de la dette titrisée à moyen et long terme « était essentiellement due à, à la baisse de la solde des Bons du Trésor (OT) ».

Au cours des quatre premiers mois de 2021, les charges avec intérêts et autres charges se sont élevées à 3 104 millions d’euros, reflétant une diminution de 0,7% (-22 millions d’euros) par rapport à la même période de l’année précédente, « cette réduction étant inférieure à la prévu en OE/2021 pour l’ensemble de l’année (–4,8 % ; –333 ME) ».

Selon les techniciens de l’UTAO, cette contraction a été principalement déterminée par la baisse sur un an de 25,2% (-76 ME) des dépenses d’intérêts sur Bons de caisse et Bons de Trésorerie.

LT // MSF

Le contenu OE2021 : Estado était endetté de plus de 2 377 ME en avril par rapport à 2020 apparaît en premier dans Visão.