Le gouvernement a relevé le plafond de la dette des entreprises publiques à 3% dans le budget supplémentaire, contre 2% prévus dans le budget de l'État approuvé avant la pandémie de Covid-19, selon la proposition de loi publiée aujourd'hui.

Le document, remis au parlement, précise que «la croissance globale de l'endettement des entreprises publiques est limitée à 3%, compte tenu du financement rémunéré ajusté par le capital versé et hors investissements, selon les modalités à définir dans le décret-loi d'exécution du budget. ".

Dans la loi approuvée du 31 mars, le gouvernement a défini que «la croissance globale de l'endettement des entreprises publiques est limitée à 2%, compte tenu du financement rémunéré ajusté par le capital versé et hors investissements, selon les modalités à définir dans le décret-loi exécutif. budgétaire ».

Dans la même loi, il est lu que "les entreprises publiques ont assuré l'autonomie administrative et financière nécessaire à l'exécution des lignes budgétaires liées aux programmes d'investissement prévus dans les budgets respectifs", et le budget supplémentaire n'a pas modifié ce poste.

Le 17 décembre de l'année dernière, le gouvernement a indiqué qu'il maintenait son orientation pour limiter l'augmentation de l'endettement financier de la plupart des entreprises du secteur des entreprises d'État (SEE), selon le rapport de la proposition de budget de l'État pour 2020.

Selon le document, «en 2020, l'orientation de limiter l'augmentation de l'endettement financier de la plupart des entreprises du SEE est maintenue, limitant la croissance de l'endettement mondial des entreprises publiques à 2% par an, compte tenu du financement rémunéré ajusté par le capital social accompli".

Fin novembre dernier, l'État détenait, par le biais de la Direction générale du Trésor et des Finances (DGTF), un univers de 110 participations, dont 79 ont été jugées pertinentes pour leur intérêt stratégique à poursuivre l'intérêt public, indique le rapport.

«Deux sociétés sont entrées dans le portefeuille principal: l'hôpital de Braga, E.P.E. et SIRESP – Digital Network Management for Security and Emergency, SA », ajoute-t-il, notant que« dans le portefeuille d'accessoires, il y a l'entrée de Marina Parque das Nações, SA et la sortie d'Inapa, SA, SAGESECUR, SA et NOS, SA par transfert à Parpública, SGPS, SA et également par la liquidation d'IO – Investment Opportunities, SA ».

ALYN (ALU) // JNM