L’un des membres des commissions d’enquête sur les incendies de 2017 et ancien président de la Ligue des pompiers portugais (LBP), Duarte Caldeira critique le fait que la réponse de l’État au phénomène des incendies, qui balaie le pays en ce moment, est toujours marchant – et ponctuellement – ​​dans le sillage des calamités, au moins au cours des deux dernières décennies.

« Nous avons une triste tradition au Portugal, selon laquelle les moments de changement et d’altération sont toujours motivés par des moments critiques et des catastrophes.», a regretté, dans Irrévocable, l’interview en podcast du magazine VISÃO, notant que «c’était comme ça en 2003, quand les résultats étaient alors exploités sur le système, c’était comme ça encore en 2005, et en 2006 et 2007 d’autres nouveaux changements ont été apportés, et après cette tragédie maximale de 2017, dans laquelle il y avait aussi des changements dans le système“.

Pour Duarte Caldeira, qui préside le Centre d’études et d’intervention en protection civile (CEIPC), « ce qui a vraiment manqué dans toutes ces situations, ce sont des moments d’évaluation ; nous n’avons pas de culture d’évaluation » des pratiques, des plans et de la législation existants.

«Nous continuons d’avoir des problèmes graves et graves au niveau territorial. Ensuite, comme ce système a des insuffisances et des vulnérabilités, le système forestier aussi ; non seulement en raison de la structure foncière, mais de l’implication des citoyens. Les citoyens ne sont pas impliqués dans les mesures qui sont décrites. Il n’y a pas de culture du risque », a-t-il déclaré.

La question du changement climatique impacte fortement le profil météorologique qui, associé au nombre d’allumages, devient une soupe explosive dans les forêts.

Chaudière Duarte

Par ailleurs, a-t-il souligné, « la déclaration du Premier ministre était excessive », lorsqu’il a attribué, en début de semaine, la responsabilité des incendies à la main humaine. « Bien sûr, on ne peut manquer de lancer un appel et de sensibiliser les citoyens, face à ces incendies, auxquels nous assistons. Mais la plupart des incendies les plus graves au cours des 10 dernières années se sont produits dans la division critique entre les zones urbaines et forestières. Et c’est lié à la façon dont le territoire est géré et à l’échec des plans municipaux de défense des forêts. Les causes non attribuables, non identifiées et pour lesquelles il n’existe pas de données permettant de classer représentent la moitié des occurrences. Alors, comment pouvons-nous dire que 70% ou plus relèvent de la responsabilité des citoyens ? », a-t-il demandé. « Depuis la semaine dernière, la moitié des incidents ont cette classification : cause non attribuée ou pas de données », a-t-il ajouté.

Duarte Caldeira a averti que « nous sommes un pays avec un excès d’allumages » ; qui peut être un scénario explosif associé à des phénomènes météorologiques extrêmes comme la canicule que traverse le pays.

« La question du changement climatique impacte fortement le profil météorologique qui, associé au nombre d’allumages, devient une soupe explosive dans les forêts », a-t-il garanti, avertissant du type de territoire forestier qui existe.

« Les forêts sont-elles saturées de carburant et pourquoi ? Dans notre pays, nous assistons à un processus de dépeuplement accéléré, ce qui signifie que dans le monde rural, une fois dépeuplé, les pratiques de travaux forestiers préventifs, par exemple, n’étaient plus pratiquées. Ensuite, il y a un autre problème : la structure foncière du pays – avec une bonne partie de ces parcelles abandonnées ou avec des propriétaires qui ne savent même pas où elles se trouvent », a-t-il expliqué, résumant qu’il s’agit « d’un cocktail socio-économique qui se traduit par une catastrophe ». environnementale ».

C’est-à-dire « sans créer les conditions pour que les gens, qui sont encore dans les zones rurales, puissent se maintenir », rien n’a été fait. « Il faut que cet espace réel ait une perspective économique », a-t-il dit, soulignant que « la forêt est majoritairement privée au Portugal, à 98% ». « Ensuite, nous avons les forêts domaniales et communautaires – les terres forestières ».

Sauver un avion (et le problème des conséquences)

Dans une semaine au cours de laquelle des critiques ont été entendues pour le manque de moyens aériens pour lutter contre les flammes, Duarte Caldeira a averti que « le renforcement des moyens aériens est un faux problème, car il y a une perception psychologique chez les maires et dans les populations que l’air l’environnement est le salut ».

« On ne sait pas qu’ils sont difficiles à gérer et qu’il doit y avoir les conditions nécessaires pour qu’ils fonctionnent, comme un plafond [céu] pas de fumée. Il y a des situations et des conditions subjectives adjacentes, et n’oublions pas que les moyens aériens sont pilotés par des hommes », a-t-il sauvegardé.

Le spécialiste, qui faisait partie de l’Observatoire technique indépendant, un organe consultatif de l’Assemblée de la République jusqu’à l’année dernière et créé en 2017, a également admis que le scénario qui est enregistré au Portugal lié à des rallumages et à une panne dans la foulée  » est un problème et manque d’une analyse précise et détaillée pour le résoudre ».

« Souvent, c’est étroitement lié au fait qu’après avoir combattu un incendie dans une zone, où un rallumage est peu probable, la tendance normale est de déplacer le personnel vers d’autres situations urgentes, car le dispositif n’est pas élastique ».

« Peut-être pourrait-on envisager que soit les pompiers, soit une autre force, puissent rester sur place et avoir suffisamment de temps pour ce travail. Parce que la suite n’est pas n’importe quel travail; demande beaucoup de travail, comme l’analyse du type d’espèce de feu », a-t-il conclu.

A écouter sur Podcast :

Podcasts Google

Podcast Apple

Spotify