Suite à la présentation des données d’audit interne pour l’envoi de données personnelles à l’ambassade de Russie, Fernando Medina a annoncé que des mesures seront prises pour que le partage de données personnelles avec des ambassades internationales ou des gouvernements ne se répète pas, dont la démission de le délégué à la protection des données de l’autorité. Selon Medina, le responsable n’a pas envisagé la pratique de partage de données dans le cadre de manifestations lorsque les travaux d’adaptation de la commune au RGPD ont été menés il y a trois ans.

Lors d’une conférence de presse à la Chambre de Lisbonne, le maire a annoncé, en plus de cette mesure, qu’il suivrait la proposition d’Amnesty International et offrirait « une évaluation de sécurité, comme le souhaitent tous les citoyens disposant de données transmises » par la municipalité, et sera contacté directement ces citoyens. L’objectif de cette mesure est de « restaurer la confiance de tous » dans la République portugaise.

Le responsable a également suggéré que les pouvoirs confiés à la municipalité soient délégués à la police municipale, « ce qui limitera le partage d’informations » dans toute manifestation relative aux pays étrangers « uniquement et exclusivement » au ministère de l’Administration intérieure (MAI) et à la PSP.

Quant au bureau d’appui à la présidence, celui-ci « sera éteint et remplacé » par un nouveau département, appelé « division de bureau » et, enfin, une analyse externe sera demandée sur la robustesse de cette structure de protection des données de la CML .

Le maire de la commune a présenté, ce vendredi, les conclusions de l’enquête et dit ne pas connaître « un autre processus de cette gravité qui mériterait une réponse aussi rapide que celui que la commune est en train de faire » à Lisbonne, concernant l’envoi de données des militants russes anti-Poutine à l’ambassade du pays au Portugal.

L’audit – qui a révélé que des données personnelles ont été envoyées aux ambassades lors de 52 manifestations – a couvert la période entre 2011 et 2021, reprenant également un mandat et demi d’António Costa en tant que maire. C’est en 2011 que les gouvernements civils ont été éteints et que la compétence de recevoir des communications préalables sur les manifestations a été transférée aux conseils municipaux. Aucune règle de droit n’oblige les communes à transmettre des informations aux entités visées par les manifestations, pas même au PSP, et chaque chambre procède comme bon lui semble.

Après que « l’Observateur » et « l’Express » aient révélé l’affaire Porte de Russie, d’autres informations étaient avancées. En 2019, la Chambre de Lisbonne a également communiqué les détails d’une manifestation pro-palestinienne à l’ambassade d’Israël. Les représentations diplomatiques de la Chine et du Venezuela ont également été informées de manifestations.