« La situation devient plus grave lorsque, au vu du sentiment d’indignation et d’injustice qu’elle a suscité chez les médecins et les citoyens, le ministre choisit de mentir et de persister dans l’erreur, de manière insultante, alors qu’il aurait pu s’excuser et démontrer l’élévation que d’attendre un dirigeant », a souligné le FM dans un communiqué.

Selon le Forum médical, qui a rencontré « un caractère extraordinaire suite à une énième déclaration » de Manuel Heitor, « la manière dont le ministre a sous-évalué la formation et la qualité » des médecins spécialisés en médecine générale et familiale est totalement inacceptable et irrespectueuse.

Le 9 septembre, le responsable gouvernemental a déclaré qu’il « n’enlève rien » à ce qu’il a dit sur la formation des médecins de famille, soulignant qu’ils doivent être valorisés aux côtés des autres médecins spécialistes.

« Je ne retire rien de ce que j’ai dit », a souligné Manuel Heitor, après une visite au Centre de simulation médicale de l’Hôpital da Luz à Lisbonne, invoquant que « le contexte de ce que j’ai dit », dans une interview avec Diário de Notícias, “a été totalement changé ” par ses critiques.

« Nous devons former davantage et nous devons valoriser toutes les spécialités, c’est ce que j’ai dit », a-t-il souligné, notant que « s’il y a peu de médecins de famille, il faut en avoir plus et valoriser les médecins de famille ».

Dans l’interview publiée le 2 septembre, Manuel Heitor a déclaré que « le problème est que pour former un médecin de famille expérimenté, il n’est peut-être pas nécessaire d’avoir le même niveau, la même durée de formation, qu’un spécialiste en oncologie ou un spécialiste. dans les maladies mentales ».

« Et, par conséquent, j’insiste pour que l’élargissement de la base de formation en santé – qu’il s’agisse de médecins, de techniciens de santé ou d’infirmières – doit se faire en conjonction avec la diversification de l’offre, en valorisant également d’autres professions médicales, comme par exemple la famille médecins, dont on sait que dans notre société, et notamment dans le sud de l’Europe, ne sont pas aussi valorisés que les autres spécialités », a-t-il conclu au journal.

Trois jours après l’entretien, le Forum médical a exigé des « excuses publiques » du ministre pour les propos sur la formation des médecins généralistes et de famille, estimant la manière dont il « a dévalorisé la formation et la qualité des médecins spécialistes » comme « irrespectueuse ». « en médecine générale et familiale ».

En réponse, Manuel Heitor comprend que ce sont les entités qui composent le Forum, telles que les syndicats, l’Association médicale et les associations de l’industrie, qui lui doivent des excuses.

« Ce sont eux qui doivent m’excuser, ce sont eux qui ont changé ma déclaration », a souligné Manuel Heitor, réitérant qu’il maintient « tout ce qu’il a dit ».

Dans le communiqué publié aujourd’hui, le forum a défendu que les déclarations du ministre « n’étaient pas déformées par le Forum médical ou par les différentes structures nationales et internationales qui ont publiquement réagi aux déclarations ».

La déclaration est signée par la Fédération nationale des médecins, l’Union indépendante des médecins, l’Association portugaise de médecine générale et familiale, la Fédération portugaise des sociétés scientifiques médicales, l’Association portugaise des médecins de carrière hospitalière, l’Association nationale des médecins de santé publique, par l’Association nationale des étudiants en médecine et par l’Association médicale.

PC (ER/RCS) // JMR