Dans ce qui est la première des trois nuits du festival, pour lesquelles les billets sont épuisés depuis un certain temps, les gens sont attirés par le sentiment de revenir à la normalité et d’assister au concert de « l’idole des années 80 », le chanteur Bryan Adams, qui fait ses débuts aujourd’hui au festival, sur la scène principale du MEO Marés Vivas.

Accompagné de sa femme et de ses deux filles, Décio Oliveira a déclaré qu’il vient habituellement au festival qu’il aime beaucoup et qui lui a beaucoup manqué ces deux dernières années.

« C’est un endroit où nous aimons être, un festival où nous allons depuis de nombreuses années et qui nous manque beaucoup », a-t-il commenté.

Vivant à Gaia, Décio Oliveira a déclaré que Marés Vivas est le premier festival auquel il se rend cette année et, malgré la grande majorité d’entre eux sans masque, il ne ressent aucune peur.

« Nous sommes tous vaccinés, c’est ce qui doit être, je n’ai pas peur », a-t-il déclaré.

Ce soir, la famille de Décio vient voir un « grand chanteur », en référence à Bryan Adams que, supposait-il, tout le monde aime beaucoup.

La chanteuse canadienne a également été l’attraction de Paula Sousa, de Gondomar, dans le quartier de Porto, pour venir au festival, avouant qu’elle vient aussi voir le concert de James.

Sur le fait d’être parmi la foule, à un moment où le port du masque n’est pas obligatoire, Paula Sousa a avoué ne ressentir aucune gêne.

« Tout ce qui doit arriver arrive, on a aussi eu le covid-19, si ça doit se reproduire, écoutez… », a-t-il ajouté.

Avec le même sentiment, Nazaré Ferreira, qui est accompagnée de son frère, de sa belle-sœur et de sa nièce, a déclaré qu’elle n’avait pas peur, et qu’elle avait vraiment manqué de voir le « peuple heureux et libre ».

De plus, Nazaré, qui fait ses débuts dans un festival et qui est venu exprès de Penafiel pour voir son « idole des années 80 », Bryan Adams, a dit que le fait d’être au milieu des foules lui manquait beaucoup.

« J’aime voir les gens heureux et libres, nous sommes déjà vaccinés et, donc, nous ne pouvons pas toujours avoir peur d’être avec les gens, sinon nous ne vivrons pas », a-t-il soutenu.

Contrairement à ce sentiment, Lusa a retrouvé deux amis, venus d’Aveiro, qui ont assumé une certaine peur, un sentiment dont ils essaient de se débarrasser en venant, pour la première fois cette année, à un événement où la foule est le mot d’ordre.

En tant que festivaliers, foulard autour du cou et verre à la main, Vítor Cajeira et António Rato ont révélé que le désir d’écouter de la musique et de socialiser parlait plus fort.

De plus, le fait que Bryan Adams ait été la tête d’affiche de cette première journée a été un gros tirage.

Une autre des réparations effectuées par des amis a été le nouvel enclos, qui cette année est situé dans l’ancien camping de Madalena et non dans l’ancien morue sèche, tous deux à Gaia, qu’ils considèrent très agréable.

« C’est un endroit agréable, il a des zones bien divisées et une bonne utilisation de l’espace, donc une note positive pour ce nouvel emplacement », a-t-il souligné.

Pendant trois jours, plus de 35 groupes et artistes nationaux et internationaux passeront par les cinq scènes du MEO Marés Vivas.

Aujourd’hui, Bryan Adams, ainsi que James, font les honneurs d’ouverture et, samedi et dimanche, les performances reviennent à Maluma, Anitta, Diogo Piçarra, Maro et Dino D’Santiago.

SVF // MAG