L'Union européenne (UE) a exigé aujourd'hui le décompte "précis" des votes lors des élections présidentielles de dimanche en Biélorussie et, condamnant "les violences étatiques disproportionnées et inacceptables", a exigé la libération immédiate des manifestants détenus.

Dans une déclaration conjointe publiée aujourd'hui en début d'après-midi à Bruxelles, le haut représentant de l'UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, et le commissaire européen à l'élargissement, Oliver Várhelyi, soulignent que, «après une mobilisation sans précédent pour des élections libres et démocratiques, le peuple biélorusse s'attend maintenant à ce que ses votes soient comptés avec précision ».

«Il est essentiel que la Commission électorale centrale publie des résultats qui reflètent le choix du peuple biélorusse», soutiennent les dirigeants de l'Union européenne.

Selon les données publiées dimanche, le président Alexander Lukashenko a obtenu un sixième mandat consécutif en recueillant 80,23% des voix, contre seulement 9,9% de l'opposante Svetlana Tikhanovskaia, mais l'opposition conteste ces résultats et les soupçons de fraude électorale. a conduit des milliers de personnes à manifester pacifiquement dans différentes villes de Biélorussie dimanche soir, avec un moment fort dans la capitale Minsk, où la police a violemment dispersé les manifestants.

Soulignant que «la nuit des élections a été marquée par des violences étatiques disproportionnées et inacceptables contre des manifestants pacifiques», qui auraient fait un mort et plusieurs blessés, le chef de la diplomatie européenne et le commissaire à l'élargissement demandent «la libération immédiate de tous les détenus hier soir ", soulignant que" les autorités bélarussiennes doivent veiller au respect du droit fondamental de réunion pacifique ".

«Seule la défense des droits de l'homme, de la démocratie et des élections libres et régulières garantira la stabilité et la souveraineté au Bélarus. Nous continuerons de suivre de près les développements afin d'évaluer comment la réponse de l'UE et les relations avec le Belarus peuvent continuer à être façonnées, en tenant compte de l'évolution de la situation », concluent les dirigeants européens.

Ce matin, le président du Conseil européen, Charles Michel, avait déploré les violences contre les manifestants contestant les résultats de l'élection présidentielle de dimanche en Biélorussie, soulignant que la liberté d'expression doit être défendue.

«La violence contre les manifestants n'est pas la solution. # Biélorussie. La liberté d'expression, la liberté de réunion et les droits fondamentaux de l'homme doivent être défendus », a écrit le président du Conseil européen, dans un message publié sur son compte Twitter officiel.

Selon l'organisation non gouvernementale de défense des droits humains Viasna en Bieolorrussie, un homme est mort et des dizaines de personnes ont été blessées lors des manifestations de dimanche soir à Minsk.

ACC (PSP / EJ) // FPA

Le contenu de l'Union européenne affirme que le décompte des voix «exact» aux élections au Belarus apparaît en premier dans Vision.