L’Union européenne financera à hauteur de près de 1,2 milliard d’euros les 61 premiers projets industriels collaboratifs sélectionnés pour bénéficier du nouveau Fonds européen de la défense (FED), avec 20 entités portugaises impliquées, a annoncé aujourd’hui la Commission européenne.

L’exécutif communautaire rappelle que, sur le montant global, 322 millions d’euros sont destinés à financer 31 projets collaboratifs entre États membres dans le domaine de la recherche, pour faire face aux menaces émergentes et futures pour la sécurité, et 845 millions d’euros financeront 30 projets d’envergure projets de développement de systèmes et de technologies pour les capacités de défense.

Au total, environ 700 entités de 26 États membres de l’UE et de la Norvège sont impliquées dans les projets sélectionnés – dont plus de 40 % sont des PME, qui recevront près de 20 % du financement communautaire total demandé – et, en moyenne, chacune la proposition sélectionnée implique 18 entités de huit pays différents.

La Commission européenne n’a pas encore révélé d’informations spécifiques sur chacun des 61 projets collaboratifs sélectionnés, indiquant uniquement le nombre d’entités choisies par État membre, et du Portugal 20 ont été choisies.

Les États membres comptant le plus d’entités impliquées sont, de manière prédominante, la France (178), l’Italie (156), l’Espagne (147) et l’Allemagne (113).

Selon l’exécutif communautaire, la FED soutiendra « des projets de capacités de défense de pointe, telles que la prochaine génération de chasseurs, de chars ou de navires, ainsi que des technologies de défense critiques, telles que le cloud computing militaire, l’intelligence artificielle , semi-conducteurs et contre-mesures spatiales et cybernétiques » et investir dans le potentiel des petites et moyennes entreprises (PME) et des « start-ups » prometteuses.

La Commission indique que ses services vont maintenant commencer à préparer des conventions de subvention avec les consortiums candidats sélectionnés, qui devraient être signées avant la fin de cette année.

Début mai, une source communautaire avait déjà indiqué à Lusa que les premiers projets collaboratifs de recherche et développement dans le domaine de la défense devant bénéficier d’un financement du nouveau FED seraient connus avant même les vacances d’été, un enjeu important pour le Portugal. , qui fait dépendre le degré de son investissement dans la défense de sa capacité à mobiliser des fonds européens.

S’exprimant à l’occasion des célébrations du 25 avril, le Premier ministre, António Costa, a déclaré que le Portugal pourrait atteindre « 1,98% du PIB » (Produit Intérieur Brut) d’investissement dans la Défense en 2024 grâce à la mobilisation des ressources européennes.

« En fonction de la capacité dont nous disposons à mobiliser les ressources européennes, nous nous engageons à atteindre 1,98% du PIB en 2024 », a déclaré le chef du gouvernement, ajoutant qu’à l’heure actuelle, et selon le rapport de l’OTAN, le Portugal consacre 1,55 % du PIB aux dépenses de défense, après s’être engagé auprès de l’Alliance atlantique à atteindre, « avec ses propres ressources, 1,66 % du PIB de dépenses de défense nationale d’ici 2024 ».

Dans un contexte de renforcement de la politique européenne de défense face à la guerre lancée par la Russie en Ukraine fin février, et dans lequel les États membres de l’UE sont invités à investir davantage dans la défense, le FED constitue, selon la Commission européenne, « l’instrument phare de l’Union pour soutenir la coopération de défense en Europe et un tremplin pour l’autonomie stratégique de l’UE ».

Initialement proposé par l’ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le FED a été officiellement lancé en juin 2021, doté d’un budget de 8 milliards pour la période 2021-2027, dont un tiers (2,7 milliards d’euros) financer des projets de recherche, et les deux tiers restants (5,3 milliards) pour financer des projets collaboratifs de renforcement des capacités, en plus des contributions nationales.

L’annonce d’aujourd’hui intervient un jour après que la Commission européenne, d’autre part, a proposé de renforcer l’industrie européenne de la défense grâce à un nouvel instrument d’achat conjoint d’armes, mettant à disposition 500 millions d’euros du budget de l’UE pour la période 2022-2024.

L’instrument proposé, en réponse à la demande du Conseil européen, « vise à répondre aux besoins les plus urgents et les plus critiques en matière de produits de défense », identifiés dans le contexte de l’agression militaire de la Russie contre l’Ukraine et du soutien apporté par les États membres à Kiev, et , selon Bruxelles, « il encouragera les États membres, dans un esprit de solidarité, à acquérir en commun » et « facilitera l’accès de tous les États membres aux produits de défense dont ils ont un besoin urgent ».

ACC // SF