1-1-e1669908198824-png

L’UE doit mener une « lutte inégale » contre la désinformation russe en Afrique

S’exprimant à l’issue d’une réunion informelle des 27 chefs de diplomatie, qui comprenait un débat sur les relations entre l’UE et l’Afrique et la lutte contre la désinformation promue par la Russie sur le continent africain parmi les points à l’ordre du jour, João Gomes Cravinho a déclaré que, relativement à cette dernière question, « bien sûr qu’il y a des inquiétudes », car dans différentes parties du continent africain, il est possible de voir « un grand investissement dans [russo] dans la désinformation, dans la diffusion de faux messages et dans la création de dynamiques négatives envers l’Europe ».

Pointant en exemple « la manière dont, au Mali, la Russie cherche à développer des récits anti-français », une politique qu’elle pratique « dans d’autres parties du continent africain, profitant des circonstances locales », le ministre a souligné la difficulté de la lutte contre la désinformation, puisque d’un côté il y a des règles, de l’autre il n’y en a pas.

« En matière de désinformation, c’est un combat inégal, car on se bat selon les règles. Nous cherchons à montrer la vérité, et c’est quelque chose qui est limité, alors que la Russie n’hésite pas à inventer toutes sortes de récits qui peuvent avoir une certaine traction au niveau local, et qui sont très difficiles à combattre, sauf sur un cas- au cas par cas, individuellement. », a déclaré.

Cependant, a-t-il noté, « il n’y a rien de tel que de dialoguer, de parler, de maintenir une intensité de contact avec des collègues africains pour aider à trouver des solutions ».

D’autre part, il a défendu qu’« il est aussi important de souligner que l’Afrique n’est pas un continent homogène », donc le dialogue qu’il défend ne peut être aveugle.

« Nous, les Portugais, vivons beaucoup avec l’Afrique, et nous sommes conscients des grandes différences d’une partie du continent à l’autre, et nous devons être sensibles à ces différentes réalités, et dialoguer d’une manière compatible avec celles-ci. réalités, et non « aveuglément » aux multiples différences d’un bout à l’autre du continent », a-t-il argumenté.

De manière plus générale, notamment en ce qui concerne les relations entre l’Europe et l’Afrique, le chef de la diplomatie portugaise a estimé que « le débat sur l’Afrique était très opportun ».

« Ce qui ressort du débat, c’est la prise de conscience que nous devons rester fidèles aux engagements pris lors du sommet Europe-Afrique, qui a eu lieu en février, juste avant l’invasion de l’Ukraine », a-t-il déclaré, notant qu’en raison de la guerre lancée par la Russie, « l’attention, les énergies de l’UE se sont davantage tournées vers l’Europe de l’Est ».

« Il est naturel qu’il y ait donc ce besoin de se concentrer maintenant sur la prise d’engagements », a-t-il souligné.

Le ministre a déclaré que les États membres de l’UE sont « très conscients que l’Afrique connaît des changements profonds et rapides, en raison de deux facteurs structurants qui vont changer la réalité africaine dans les prochaines décennies », le changement climatique et le changement générationnel du continent africain.

« Le changement climatique a un impact énorme partout dans le monde, mais le continent africain est l’un des plus touchés, et cela entraînera des déséquilibres majeurs dans différentes parties du continent », a-t-il souligné.

Deuxièmement, a-t-il poursuivi, « l’Afrique a une population extrêmement jeune, il y a un changement générationnel dont la réalité se fait sentir sur tout le continent africain, et ce changement générationnel peut être une opportunité intéressante pour l’UE ».

« Regardez les valeurs et les aspirations des jeunes Africains, et nous comprenons qu’il y a beaucoup de compatibilité avec ce que sont les valeurs et les aspirations européennes. Et il faut savoir répondre à ce potentiel en investissant dans la jeunesse africaine », a-t-il déclaré.

Le ministre des Affaires étrangères, qui, avant de participer à la réunion de Prague, était en Angola pour accompagner le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, lors des funérailles de l’ancien président angolais José Eduardo dos Santos, se rend de la République tchèque à Mozambique, pour accompagner la visite du Premier ministre, António Costa, jeudi et vendredi.

Articles récents