Le Parti de l'indépendance africaine du Cap-Vert (PAICV), le plus grand parti d'opposition, a accusé aujourd'hui le gouvernement de "refuser systématiquement" de fournir des informations sur les affaires publiques, estimant qu'il enfreint les principes de transparence et de responsabilité.

Dans un communiqué, le PAICV a dénoncé que le gouvernement, soutenu par le Mouvement pour la démocratie (MpD), «a systématiquement refusé» de fournir des informations aux députés, «comme c'est son devoir», en vertu de la Constitution de la République, le statut de l'opposition démocratique, le statut des députés et le règlement intérieur de l'Assemblée nationale.

"Ce refus, contraire aux règles du jeu démocratique, sape le respect par l'opposition du devoir d'inspecter l'action du gouvernement et va à l'encontre des principes de transparence et de responsabilité qui devraient guider la gouvernance", a maintenu la direction nationale de partie, dirigée par Janeira Hopffer Almada.

Le plus grand parti d'opposition capverdien a noté qu'il demandait depuis 2017 des informations concernant les affaires publiques, mais a regretté que les demandes ne soient pas répondues ou que les réponses soient évasives, sans données concrètes ni pièces justificatives.

Le PAICV a déclaré qu'il avait déjà demandé des informations sur l'exécution du budget et sur les appels à des postes de direction, y compris ceux du secteur des affaires de l'État, et sur les paiements de l'État aux entreprises.

La partie a également indiqué avoir demandé des informations sur l'accord existant entre le gouvernement et Binter Cabo Verde, actuellement Transportes Interilhas de Cabo Verde (TICV), qui a conduit au départ de Transportes Aéreos de Cabo Verde des lignes intérieures et à l'hypothèse ultérieure de le trafic à travers Binter Cabo Verde.

Dans la même note, le PAICV a indiqué que l'année dernière, il avait de nouveau insisté pour demander des informations sur les appels d'offres publics pour les postes de direction et leur rémunération, ainsi que sur le paiement des dettes, par l'État, aux entreprises et cette année sur problèmes liés aux contrats avec Binter Cabo Verde.

Lors de la précédente session plénière de l'Assemblée nationale, le PAICV avait déclaré avoir demandé au gouvernement d'être obligé de mettre ces informations à disposition, mais la majorité du MpD a échoué.

"Une fois de plus, le gouvernement a refusé de fournir la documentation existante, à savoir l'accord qu'il aura conclu avec Binter Cabo Verde", a-t-il maintenu.

Le plus grand parti d'opposition capverdien a également rappelé que le MpD avait échoué le projet de loi sur la transparence active, qu'il avait présenté au Parlement en octobre 2019.

"Le PAICV vient ainsi protester avec véhémence contre cette grave omission du gouvernement, qui refuse de fournir des informations pertinentes sur les affaires publiques à l'opposition démocratique et à la société", a critiqué le plus grand parti d'opposition.

Le parti a appelé à la transparence et à la responsabilité dans la gouvernance du pays, estimant que cela servirait la démocratie et le bien commun.

"Dans un État démocratique en vertu de la loi, il ne peut y avoir d'affaires publiques secrètes ni de rétention d'informations des partis avec sièges parlementaires et de la société", a-t-il conclu.

RIPE // LFS

Le contenu de l'opposition cap-verdienne accuse le gouvernement de ne pas divulguer d'informations sur les affaires publiques. Il apparaît pour la première fois à Visão.