Le consultant prépare annuellement ce Bloom Consulting Portugal City Brand Ranking, une étude sans « aucune variable qualitative ou d’opinion », basée « exclusivement » sur des données quantitatives (statistiques officielles, sondages en ligne, page Web « performances » et réseaux sociaux des municipalités) » qui classer les performances des marques des 308 communes portugaises ».

Un algorithme génère un « classement » général qui résulte de la pondération de trois autres « classements », qui classent les communes selon trois dimensions : habiter, visiter et faire des affaires (attraction d’investissement).

Lisbonne et Porto sont en tête du classement général de cette année, ainsi que les trois autres dans l’étude publiée aujourd’hui par Bloom Consulting.

Dans l’analyse des meilleures communes où vivre, le « top 5 » est, outre Lisbonne et Porto, Coimbra, Braga et Viseu.

En tourisme, les communes les mieux classées sont Lisbonne, Porto, Funchal, Cascais et Portimão.

En affaires, Cascais, Vila Nova de Gaia et Coimbra suivent Lisbonne et Porto.

Dans le « classement » général qui prend en compte tous ces aspects figurent Lisbonne, Porto, Cascais, Braga et Coimbra, le même « top 5 » que l’étude précédente, publiée en 2019.

« En l’an 2020 [devido à pandemia da covid-19] nous avons choisi de ne pas lancer l’édition VI en raison de la volatilité des données et des circonstances », a écrit le directeur général de Bloom Consulting, Filipe Roquette, dans le document publié aujourd’hui.

Le rapport d’étude de cette année comporte trois points forts, tous liés à la pandémie : la municipalité de Lousã, la région de l’Alentejo et le thème du logement.

« Lousã est l’une des municipalités qui se démarque le plus positivement par rapport à 2019, et l’intérêt proactif pour cette municipalité se concentre particulièrement sur des sujets tels que les plages (+121%), les attractions touristiques (+114%) et les merveilles naturelles (+ 173 %). La demande pour ces trois thèmes dans la dimension touristique est en ligne avec l’augmentation au niveau national de la demande de ‘Tourisme rural et durable’, qui l’année dernière a également augmenté de 59% », lit-on dans le document.

L’Alentejo, en revanche, « était la seule région du Portugal à présenter un volume d’intérêt proactif supérieur à l’année précédente », ce qui, selon le consultant, peut se justifier car le covid-19 a conduit « de nombreuses personnes à vouloir s’éloigner de désigne les zones urbaines ».

Enfin, l’étude a enregistré « un net ralentissement de la demande pour des sujets plus liés au tourisme » et « la demande de logements et d’autres questions liées à la qualité de vie en sont venues à avoir une prépondérance toute particulière dans cette édition », et la pandémie « a aidé pour apporter plus de pertinence aux facteurs sociaux qui apparaissaient souvent en arrière-plan ».

Cette année, le cabinet de conseil a réalisé une étude spécifique sur l’impact de covid-19 « pour attirer le tourisme, les investissements et les talents » par les municipalités, ajoutant à l’analyse des différentes variables des enquêtes Consulting Portugal City Brand Ranking « à partir de plus de 1 000 clés profils » dans les 18 districts nationaux.

« Il est essentiel de garder à l’esprit que l’avenir ne sera pas une copie du passé pré-pandémique et que ses effets se feront sentir non seulement dans les industries, mais aussi dans la personnalité des publics cibles », lit-on dans l’étude.

Selon le consultant, « en plus de gérer la pandémie, les habitants du nord au sud du pays font preuve d’une voix unifiée par rapport aux nouvelles priorités. [que não eram tão relevantes antes do aparecimento da covid-19] qu’ils souhaiteraient voir mis en place dans leurs communes » et « le premier concerne l’accès à des soins de qualité dans leurs communes, suivi de la mise en place de programmes de sécurité et d’hygiène dans les écoles et les lieux de travail et non la massification des espaces publics ».

L’étude a conclu qu’une nouvelle tendance à « l’exode urbain » est apparue, avec environ 73% des personnes interrogées manifestant toujours le désir de ne pas revenir à un mode de travail 100% présentiel, et que 75% ont déclaré avoir l’intention de voyager. exclusivement vers des destinations nationales lors des prochaines vacances.

En revanche, l’étude a révélé que la perception de la population par rapport à la gestion de la crise pandémique influencera l’option de vote de la majorité de ceux qui ont l’intention de participer aux élections municipales du 26 septembre.

MP // VAM