«En plus de l'installation de la Cour d'appel de Barlavento et de Sotavento, nous avons travaillé sur l'installation des tribunaux des petites créances et les travaux ont été achevés pour que les tribunaux des petites créances commencent à fonctionner depuis 2018, et nous espérons que le démarrage aura lieu cette année », a déclaré le ministre.

Janine Lélis, qui s'exprimait, à Praia, à l'ouverture du deuxième débat stratégique du pays sur la justice et la paix sociale, promu par le ministère des Finances, a expliqué que la Cour des petites créances n'a commencé à fonctionner qu'il y a deux ans en raison du manque de magistrats du pays.

«Nous devons avoir une idée précise et une planification concrète des besoins que nous aurons en cours de route. Si nous avions eu cette planification au bon moment, nous aurions déjà la Cour des petites créances, par exemple, qui fonctionne depuis 2018. Autrement dit, nous avons un retard de deux ans, car la formation du magistrat prend beaucoup de temps », a renforcé le ministre.

Dans la même intervention, le ministre a indiqué que les travaux d'installation des tribunaux pénaux d'exécution de Barlavento sont également terminés depuis 2018 et que le 10 octobre de nouveaux magistrats entreront, ce qui permettra un «saut qualitatif» dans la résolution des problèmes en suspens et éliminera le lenteur de la justice au Cap-Vert.

En novembre 2018, dans son discours lors de l'ouverture officielle de l'année judiciaire, le président de la République, Jorge Carlos Fonseca, a déclaré que l'installation de tribunaux des petites créances et de tribunaux pénaux était «urgente», rappelant que le sa création est requise par des études technico-scientifiques depuis au moins 18 ans.

Les retards et les questions de procédure en suspens sont considérés comme les deux principaux problèmes de justice au Cap-Vert, ce qui le rend très critiqué en termes de temps nécessaire pour résoudre une affaire spécifique.

À l'époque, le président de la République a déclaré que des «interventions ponctuelles» et des «corrections nécessaires» sont nécessaires, ainsi que l'utilisation de nouvelles technologies, afin que le système judiciaire puisse apporter des réponses dans un délai raisonnable aux citoyens et aux entreprises.

Dans son discours, la ministre de la Justice a évoqué les réformes législatives en cours et le travail dans les infrastructures du secteur et a considéré «une convergence et une harmonie» entre le ministère de la Justice et du Travail, le Conseil supérieur de la magistrature (CSMJ) comme «fondamentale». et le ministère public sur ce qui est essentiel au bon fonctionnement de la justice.

«Ce qui est fondamental et important, c'est de renforcer la confiance qui existe dans le secteur judiciaire et de travailler pour qu'il y ait moins de retard, plus de rapidité et que le citoyen ressente le soutien nécessaire pour lequel Justice a été conçu, c'est d'avoir cette garantie dans un temps raisonnable, dans un délai qui vous convient. Et c'est ça le défi », a souligné le ministre.

Pour Janine Lélis, ce défi ne peut être relevé que par l'innovation technologique. "Le niveau de la demande et le système judiciaire ne pourront pas répondre s'ils n'embrassent pas la question de l'innovation technologique".

En ce sens, le gouverneur a évoqué l'importance du système d'information sur la justice (SIJ), qui est déjà développé, ne manquant que de son internalisation et de son application, en charge d'un Conseil de gestion, organe qui travaille au niveau des Conseils de la magistrature judiciaire .

Le ministre a indiqué que plus de 300 millions d'escudos (2,7 millions d'euros) ont déjà été investis dans l'installation de ce système, mais qu'il est encore "loin de montrer son plein potentiel".

«C'est, en fait, urgent et fondamental pour cette opération», a expliqué Janine Lélis, qui a également évoqué le rôle de la police, la formation des magistrats, l'Institut de médecine légale, les infrastructures du secteur, le système pénitentiaire et les registres et notaires.

Des débats stratégiques sur divers secteurs sont promus par le gouvernement, dans le cadre de l'exercice «Cap-Vert: Ambition 2030», dans le but de créer un environnement de réflexion, de discussion, de partenariats et d'engagements, avec un impact sur l'agenda stratégique de Développement du Capital Humain comme accélérateur du développement durable à l'horizon 2030.

Le Cap-Vert est l'un des signataires du Programme de développement durable à l'horizon 2030 et l'État l'assume comme le programme du Cap-Vert, comme plate-forme pour comprendre le présent et la voie pour l'avenir des îles, selon le gouvernement.

RIPE // VM

Le contenu des tribunaux des petites créances opérant au Cap-Vert plus tard cette année – Le gouvernement apparaît pour la première fois à Visão.