1-1-e1669908198824-png
les-travailleurs-du-port-entament-une-greve-de-plusieurs-jours

Les travailleurs du port entament une grève de plusieurs jours jeudi jusqu’au 30 janvier

Le Syndicat national des travailleurs de l’administration portuaire (SNTAP) a appelé à une grève de plusieurs jours, qui commence jeudi et se poursuit jusqu’au 30 janvier et couvre les ports du continent, de Madère et des Açores.

Selon le document envoyé au gouvernement, aux secrétariats régionaux et aux administrations portuaires, les travailleurs des ports du continent et de Madère seront en grève « de 00h00 le 22 décembre jusqu’à 24h00 le 23 décembre », « de 00h00 le du 27 décembre à minuit le 29 » et « de minuit à minuit les 2, 6, 9, 13, 16, 20, 23, 27 et 30 janvier ».

« En ce qui concerne les navires de fret en provenance ou à destination des ports des régions autonomes de Madère et des Açores, les opérations respectives seront assurées les jours de grève indiqués ci-dessus dans la période comprise entre 08h00 et 17h00, et ne doivent pas être initié toute opération qui ne peut être achevée ou interrompue en dehors de la période définie », a indiqué le syndicat.

Aux Açores, « aucune opération ou activité ne sera effectuée dans les périodes comprises entre 08h00 et 10h00 et 14h00 et 16h00, du lundi au vendredi, les 22, 23, 27. , 28 décembre et 29 » et les « 2, 6, 9, 13, 16, 20, 23, 27 et 30 janvier ».

Toujours aux Açores, ces jours-là, « les heures supplémentaires ne seront pas fournies du lundi au vendredi, y compris la période de 00h00 à 08h00 », et « aucun service ne sera fourni aux navires de croisière ».

Le syndicat accuse les administrations portuaires d’un « manque total de disponibilité » pour dialoguer sur la proposition de révision salariale pour 2023, le SNTAP ayant fait « plusieurs demandes de rendez-vous » restées sans réponse, « notamment par les administrations de Sines et de Lisbonne ».

Les représentants des travailleurs pointent également la « persistance de situations graves » de violation de la législation et de la convention collective en vigueur, dont un cas qu’ils qualifient de « harcèlement au travail » d’un travailleur au port de Sines.

Les prestations minimales proposées par le syndicat comprennent le transport de médicaments et de fournitures hospitalières, de marchandises dangereuses, le chargement et le déchargement d’animaux vivants et de denrées périssables, les interventions indispensables en cas d’incendie, d’abordage, d’eau libre et d’échouement de navires, de pétroliers ou de navires. avec des marchandises dangereuses à bord, pour des raisons de sécurité, les services de soutage et les navires humanitaires et militaires portugais, ainsi que le mouvement des navires nécessaires pour éviter une interruption de l’approvisionnement des avions militaires et, si nécessaire, l’approvisionnement en carburant pour ne pas causer le raffineries à arrêter.

Sont également inclus le mouvement des navires pour débarquer les malades, les blessés graves ou les morts, le maintien des conditions de sécurité dans le port et l’intervention en cas d’incidents et, à Porto Santo (Madère), les opérations des navires pétroliers seront assurées.

MPE // CSJ

Articles récents