«Nous allons donner une forme virtuelle à la manifestation, en tenant compte des circonstances de la pandémie. Il ne nous est pas interdit de manifester, mais nous devons certainement respecter la situation si dramatique dans laquelle nous vivons tous », a déclaré le leader du Syndicat des travailleurs du spectacle, de l’audiovisuel et des musiciens (Cena-STE), l’un des structures qu’il a appelé à la manifestation, Rui Galveias, s’adressant à Lusa.

Bien que la rue soit «remise à une autre époque», les différentes structures ont estimé qu ‘«il était important de maintenir d’une certaine manière la contestation».

Alors aujourd’hui, les travailleurs de la culture sont mis au défi de se joindre, «sous la forme d’une affiche, d’une courte vidéo, d’une photographie, avec le ‘hashtag’ ‘dans la rue pour l’avenir de la culture’ (# naruapelofuturodacultura), avec la raison [o motivo] protester ».

« Nous pensons qu’il est important de souligner qu’il existe un ensemble de mesures qui, pour l’instant, sont insuffisantes », a déclaré Rui Galveias à Lusa.

La manifestation était prévue le 7 janvier et, le 14, la ministre de la Culture, Graça Fonseca, a annoncé une série de mesures pour soutenir le secteur, l’un des plus touchés par la pandémie de covid-19.

Parmi ces mesures, il y a un soutien social, d’un montant unique de 438,81 euros, qui, selon Graça Fonseca, est «universel et imputable à tous les travailleurs indépendants», avec une activité économique dans le secteur culturel.

«La valeur du soutien individuel continue d’être basée sur les IAS [Indexante dos Apoios Sociais], lorsque le SAI est en dessous du seuil de pauvreté, et ce pour une très courte période », a critiqué Rui Galveias.

Le dirigeant syndical souligne qu’il s’agit « d’une intervention très spécifique qui a à voir avec le temps d’enfermement, alors que le secteur était pratiquement arrêté ». «En d’autres termes, il faut des mesures qui sont des mesures fondamentales et qui s’étendent jusqu’au bout des limites du fonctionnement du secteur de la culture», a-t-il déclaré.

Les différentes structures représentatives des travailleurs du secteur exigent du gouvernement quatre choses: «rapidité, renforcement, prolongation dans le temps et personne n’est laissé pour compte».

«Que personne ne soit laissé pour compte, que le soutien et le renforcement des fonds s’étendent dans le temps, qu’ils se renforcent et que c’est rapide, que l’intervention est rapide, que nous ne soyons pas pris dans des erreurs sans fin, comme cela s’est produit en mars et en avril et même en été, lorsque le fonctionnement des mesures était toujours très complexe et entravé par de petits défauts et de petites lacunes dans le système lui-même », a-t-il déclaré à Lusa.

En plus de Cena-STE, la manifestation d’aujourd’hui est promue par des structures telles que Cooperative Action, Plateia – Association of Performing Arts Professionals, l’Association portugaise des directeurs (APR), le Syndicat des travailleurs de l’archéologie (STARQ) et le Réseau – Association des structures pour Danse contemporaine.

Le 7 janvier, lors de la conférence de presse sur la manifestation d’aujourd’hui, Teresa Coutinho, de Coopérative Action, a rappelé aux journalistes que les travailleurs du secteur avaient «brutalement subi les conséquences du travail précaire, de l’absence de droits et de protection sociale, aggravées par les conséquences dévastatrices de la pandémie, qui conduit, sans alternative, à la privation économique, à des situations d’endettement et d’informalité ».

La paralysie de la Culture a commencé dès la deuxième semaine de mars 2020, s’est rapidement étendue à tous les domaines et, à la fin de cette année-là, entre «plan de déflation» et nouveaux états d’urgence, le secteur a ajouté des pertes supérieures à 70% par rapport à 2019.

Au second semestre de l’année dernière, on parlait d’une reprise du secteur, que les structures impliquées dans la contestation jugent «fausse».

Pour soutenir l’idée d’une «fausse reprise» de l’activité culturelle dans le contexte d’une pandémie, le 7 janvier, Rui Galveias a répertorié des cas de travailleurs dans «une situation vraiment dramatique, d’épuisement financier, d’incapacité à payer leur loyer. , pour payer le gaz, pour garder la maison au chaud ».

«Nous parlons d’une dimension humaine très sérieuse. La fausse récupération a créé l’idée que nous travaillons. Beaucoup de ces personnes travaillent dans une dimension complètement différente. […] La reprise n’est pas de faire des shows dans des conditions extrêmes. La reprise consiste à reprendre le travail de manière normale », a-t-il déclaré.

Le 14 janvier, le ministre de la Culture a également annoncé, entre autres, la création d’un programme de soutien au secteur, avec une dotation globale de 42 millions d’euros, dans une première phase, qui apportera «un soutien universel, non compétitif et perdu fund », s’adressant aux entités et entreprises ainsi qu’aux personnes physiques.

La culture de garantie, pour laquelle les procédures d’accès n’ont pas encore été débloquées, expliquait alors Graça Fonseca, est la «matérialisation du programme créé par la loi de finances 2021 pour soutenir le travail artistique».

Dans le même temps, le ministre de la Culture a également annoncé un soutien aux entités artistiques à travers des programmes de la Direction générale des arts (DGArtes), d’une valeur totale de 43,4 millions d’euros.

Des mesures de soutien ont été annoncées la veille de la fermeture de toutes les installations culturelles, dans le cadre des mesures adoptées pour que le gouvernement maîtrise la pandémie de covid-19.

JRS (SS) // MAG