Dans un document contenant des propositions de plan, Apat a suggéré la création d’un «réseau principal de terminaux logistiques d’initiative publique et de politiques publiques, car seuls ceux-ci peuvent déterminer la promotion de l’intermodalité en tant que ‘transport’ prépondérant des chaînes logistiques et fondamentales pour améliorer le développement de l’économie, la capture de nouveaux investissements et la création de valeur et de richesse ».

Selon Apat, ce réseau «devrait être constitué de cinq terminaux (Leixões, Coimbra, Entroncamento, Lisbonne et Sines), sur l’axe structurant du réseau ferré national (ligne Nord et Porto), par deux terminaux frontaliers (Guarda et Elvas / Badajoz ), dont certains ont déjà été construits et soutenus par un réseau d’assistants de terminaux (Valongo, Lousado, Alfarelos, Entroncamento, Bobadela), qui existent déjà, et presque tous sont des initiatives privées ».

L’association, qui représente environ 250 transitaires, a appelé à une «politique de partenariat et de coopération entre le privé et le public», qui «permettrait une couverture nationale du fret».

Dans le même document, Apat a proposé «de créer des équipes multidisciplinaires, tirant le meilleur parti des connaissances et des compétences pour créer des modèles qui captivent tout le monde, qui unissent toute la société civile et politique», ainsi que «un groupe de travail indépendant et exempté pour évaluer quels corridors les services logistiques ferroviaires dont le pays a besoin ».

D’autre part, défend Apat, il faut «améliorer et créer l’accessibilité entre les ports et le RFN [rede ferroviária nacional], garantissant la possibilité de recevoir des trains de 750 m aux points de réception et d’expédition [metros]».

Pour l’association, il est important «d’éliminer certaines rampes et pentes qui pénalisent gravement la compétitivité du transport ferroviaire» et de mettre fin aux «goulots d’étranglement» qui rendent impossible l’accès efficace aux ports, aux terminaux et à l’industrie ».

Apat a également demandé «la construction de la connexion entre Sines et Grândola Norte, dans une première phase, et dans une seconde phase, la construction de la connexion de Grândola Norte à Elvas» et la modernisation des lignes Ouest, Minho et Est.

L’association a appelé à une amélioration de la «planification de la production, du transport et de la logistique», à l’inclusion de «la solution ferroviaire dans la solution de transport» et «de la stabilité, de la régularité, de la fréquence, de la cohérence et de la durabilité» dans le secteur.

Apat a justifié sa contribution par le fait que son activité est «guidée par la construction des meilleures solutions de transport, notamment dans les relations internationales», considérant qu’il existe «des lacunes en matière d’accessibilité et d’intégration terrestres dans le réseau transeuropéen et dans les chaînes logistiques, à savoir ferroviaires ».

ALYN // CSJ