1-1-e1669908198824-png
40096347_wm-4299045-6864447-jpg

Les nouvelles règles pour les maternités visent la sécurité et la qualité, pas la fermeture

« Nous ne pensons jamais à la manière dont nous allons fermer, nous pensons à la manière dont nous allons garantir la qualité et la sécurité. Nous instaurons un dialogue avec de nombreux experts, avec des techniciens et des organismes pour définir quelles règles de qualité et de sécurité sont vraiment indispensables », a affirmé Manuel Pizarro.

Selon la ministre, il s’agit « de faire appliquer à toutes les maternités les règles très exigeantes actuellement appliquées dans le secteur public, mais cela vise à protéger les mères ».

Manuel Pizarro, qui s’adressait aux journalistes à Santa Maria da Feira, district d’Aveiro, en marge d’une conférence sur « Les médicaments. De la production au patient », qui faisait partie du programme célébrant le 60e anniversaire de Torrestir, une entreprise dans le domaine de la logistique et du transport de marchandises au niveau national et international, a souligné que « les questions de sécurité et de qualité dans la maternité portugaise les hôpitaux n’ont rien à voir avec qui est l’opérateur ».

« Nous étudions l’ensemble du système, comme vous le savez, les week-ends sont toujours difficiles, mais Noël et le Nouvel An se sont parfaitement déroulés, 849 bébés sont nés dans les maternités publiques ces week-ends en toute sécurité, prévisibilité, tranquillité d’esprit pour les mères et les familles », il a dit.

Selon lui, ce qui s’est passé pendant les week-ends de Noël et du Nouvel An « prouve que cet effort d’organisation en vaut la peine pour pallier des manques de moyens ponctuels, nous évaluons comment nous allons continuer dans les mois à venir, les règles doivent être égales , s’il s’agit de qualité et de sécurité, elles ne dépendent pas du propriétaire des maternités, elles doivent être les mêmes quelle que soit la maternité, qu’elle soit publique ou privée ».

«Une fois que cela sera défini, ils s’appliqueront à toutes les maternités du pays, quel qu’en soit le propriétaire, je pense que c’est quelque chose que nous pouvons tous comprendre, c’est fait en faveur de l’intérêt public, dans l’intérêt du peuple, cela n’a aucune importance. autre objectif. », a-t-il ajouté.

Le groupe parlementaire Bloc de gauche (BE) a demandé que la ministre de la Santé soit entendue au parlement, « en urgence », pour clarifier les éventuelles fermetures de maternités et les « graves problèmes » des urgences.

« Il est nécessaire de clarifier ce que veut le gouvernement. Au lieu de dénégations de réalité et d’évasions, au lieu d’essayer de cacher des options politiques derrière des commissions techniques, le ministre doit venir à l’Assemblée de la République et dire clairement quelles fermetures il veut faire dans le Service national de santé (SNS) et quelles urgences modèle de fonctionnement qu’il veut imposer », lit-on dans la requête soumise par BE.

Le groupe parlementaire de blocage fait valoir qu' »il y a des informations depuis plusieurs semaines sur la possible fermeture de plusieurs maternités » et que « le Gouvernement ne dément pas cette intention et refuse de divulguer le rapport et les propositions émanant du groupe de travail mis en place pour analyser les problèmes de fonctionnement de ces services ».

PM // JPS

Articles récents