«C'est une année de travail qui a traversé les terres. Non seulement dans le vignoble, mais aussi dans les oliveraies, car de petites olives sont restées dans l'air, dans les légumes et au niveau de la châtaigne », a souligné le maire de Valpaços, dans le district de Vila Real, Amílcar Almeida.

Le maire s'exprimait lors de la visite en fin de matinée à la paroisse d'Argeriz, qui a été affectée par le mauvais temps mercredi après-midi, avec de forts orages et de la grêle, dont la chute de rochers de grande glace.

Dans l'après-midi, Amílcar Almeida visite la région de Carrazedo Monténégro, également dans la municipalité de Valpaços, pour voir de près les dommages causés par le mauvais temps dans la production de châtaignes.

Le maire a expliqué qu'il procède actuellement à la comptabilisation des dommages ressentis dans ce secteur primaire.

Et il a ajouté qu'il avait déjà promu une intervention auprès de la Direction Régionale de l'Agriculture et de la Pêche du Nord (DRAPN), dans le sens de «faire croire aux agriculteurs que ce territoire doit continuer à être peuplé».

"J'espère sincèrement que le ministère de l'Agriculture regarde ces personnes de l'intérieur qui veulent obstinément continuer à vivre sur ce territoire", a-t-il déclaré.

Pour le maire de Valpaços, c'est «un excellent territoire pour l'agriculture» et qui «contribue avec d'excellents produits» pour le marché national et international.

Amílcar Almeida a évoqué la production d'huile d'olive dans la municipalité, qui représente 30 millions d'euros pour l'économie locale, et la production de châtaigne, qui pèse 50 millions d'euros.

Le maire a également exprimé sa «solidarité totale» avec les producteurs, soulignant la période difficile qui a également été vécue en raison de la pandémie de Covid-19.

«Nous ressentons la crise causée par la pandémie sur ce territoire, dans notre économie et dans nos produits. Le vin n'est pas égoutté, car les restaurants sont fermés depuis longtemps et fonctionnent difficilement », a-t-il souligné.

Et il a rappelé que les dégâts enregistrés mercredi avaient eu lieu près de la hauteur des vendanges et de la récolte des olives, lorsque «le travail était fait».

Également présent lors de la visite de certaines des productions concernées, le président du Conseil paroissial d'Argeriz, Jorge Martins, a expliqué qu'il existe une «consternation totale» parmi les producteurs.

«Tout le monde avait des champs et des cultures bien organisés, sans herbes, traités, avec de beaux fruits et en une demi-heure tout le travail était perdu. L'année, en revanche, est atypique, où les produits ne sont pas vendus, et c'est une consternation pour les agriculteurs », a-t-il souligné.

Jorge Martins a également expliqué que les paroisses bordant la commune de Valpaços ont également souffert des intempéries.

Abel Moutinho, l'un des producteurs concernés, a expliqué qu'en un peu plus de 10 minutes, l'orage et la pierre solide qui était tombée "de la taille des œufs d'oiseaux" ont provoqué une "grande destruction".

"Mon vignoble est complètement détruit et la même chose s'est produite dans les oliveraies et autres cultures, comme les jardins potagers, les poivrons, les haricots et les tomates étant tous détruits", a-t-il déclaré.

DYMC // LIL