1-1-e1669908198824-png
les-chomeurs-de-longue-duree-pourront-accumuler-une-subvention-avec

Les chômeurs de longue durée pourront accumuler une subvention avec le salaire

« Nous avons présenté aux partenaires sociaux une mesure sur la mise en œuvre d’un des points prévus dans l’accord pour accompagner le retour sur le marché du travail des chômeurs de longue durée », a déclaré le ministre à l’issue d’une réunion du Dialogue social. sur l’état d’avancement de l’accord de plan à moyen terme pour l’amélioration des revenus, des salaires et de la compétitivité, signé le 9 octobre.

Ana Mendes Godinho a expliqué qu’il s’agit « d’une première proposition » à discuter avec les partenaires sociaux « pour construire une mesure qui permette de concilier une partie de l’allocation chômage avec le salaire des chômeurs de longue durée qui retournent sur le marché du travail ».

Le ministre a déclaré qu’il existe actuellement une mesure qui permet de compléter le salaire avec une partie de la subvention mais qui « a peu d’utilité », étant différente de celle qui est actuellement évaluée dans le cadre du dialogue social.

« Ici l’objectif est de permettre le cumul d’une partie de l’allocation chômage dans une logique régressive, pour qu’elle diminue au fil des mois où la personne travaille, avec un cumul de salaire », a expliqué Ana Mendes Godinho.

Concernant l’état de l’accord signé en octobre avec les confédérations patronales et l’UGT, le ministre a indiqué que « près de la moitié » des mesures ont été réalisées, estimant que l’exécution « est un signe de confiance » que l’accord est mis en œuvre. . .

Le secrétaire général de l’UGT, Mário Mourão, a exprimé sa satisfaction quant au résultat de l’accord, énumérant certaines des mesures fiscales, à savoir les incitations pour l’IRC Jovem.

Le président de la Confédération du commerce et des services du Portugal (CCP), João Vieira Lopes, a déclaré qu’il était nécessaire de clarifier la mesure qui offre des incitations fiscales aux entreprises qui augmentent les salaires tels que définis dans l’accord.

A ce sujet, le ministre a indiqué qu' »il n’y aura pas de changements » au projet de budget de l’Etat pour 2023 (OE2023) dont la discussion et le vote ont lieu au parlement.

Selon Ana Mendes Godinho, les partenaires ont demandé de clarifier les exigences de l’avantage fiscal IRC, à savoir « la manière dont l’existence d’une négociation collective dynamique sera vérifiée ».

Interrogé pour savoir si les entreprises visées par les ordonnances d’extension auront droit à l’incitation fiscale, le ministre a déclaré que « l’objectif est de couvrir toutes les entreprises qui augmentent les salaires d’un montant ou d’un montant supérieur à ce qui est prévu dans l’accord de concertation et qui sont couvertes par la Convention collective ». Instrument de réglementation des négociations ».

« S’ils ont une ordonnance d’extension qui applique toutes les règles issues du dialogue social, ces règles s’appliquent aussi à eux », a-t-il ajouté.

DF // MSF

Articles récents