«Nous avons des pertes de production comprises entre 75 et 85%», a déclaré le président de Lousãmel – Coopérative agricole des apiculteurs et des conseils frontaliers de Lousã, António Carvalho.

A son avis, «il ne fait aucun doute» que la plus forte baisse de production des dernières décennies est une conséquence de l'instabilité climatique observée au printemps.

En raison des pluies persistantes du mois de mai, «la fleur de bruyère était très lavée», rendant moins de nectar et de pollen disponibles, ce qui a été suivi par «une chaleur terrible».

Cependant, les abeilles ont dû consommer du miel déjà accumulé et "ce n'est que dans la seconde quinzaine de juin que d'autres sont entrées", a déclaré António Carvalho.

Des baisses de production identiques devraient généralement être enregistrées dans tout le pays, "selon la région pour la région", selon l'apiculteur.

Outre la région délimitée du miel à Appellation d'Origine Protégée (AOP) Serra da Lousã, gérée par Lousãmel, dont le siège est à Lousã, cette coopérative de 470 membres étend son intervention à d'autres régions du pays.

Ces dernières années, la coopérative sociale et agro-forestière de Vila Nova do Ceira, dans la commune voisine de Góis, a également investi dans l'apiculture, à la fois pour soutenir la production et pour former des partenaires et d'autres parties intéressées.

Domingos Alves, qui possède des ruchers à Serra da Lousã et Figueira da Foz, ainsi qu'à Ribatejo et Alentejo, est le directeur technique d'un projet coopératif de Vila Nova de Ceira qui comprend l'apiculture.

"Cette fois, nous avons des pertes de production d'au moins 80%", a confirmé l'apiculteur à Lusa, qui développe son activité depuis Castanheira de Pera, où il réside, dans le district de Leiria.

Malgré les faibles rendements, le miel de Serra da Lousã, où un nombre important de producteurs opte pour la non-certification, devrait cette année répondre aux normes de qualité moyennes, notamment en termes de composition chimique, de couleur, de goût et de texture, prédit Domingos Alves.

En 2019, au contraire, "le miel n'était pas d'une qualité exceptionnelle", même si les récoltes ont été plus satisfaisantes, a-t-il ajouté.

Dans le sud du Portugal, "il y aura encore du miel", de romarin, d'eucalyptus et multifloral, mais à Serra da Lousã "l'année est terrible", a-t-il déploré.

La bruyère est la plante arbustive prédominante sur la montagne, bien qu'elle souffre actuellement de la concurrence d'espèces exotiques et envahissantes telles que l'eucalyptus et le mimosa, en plus du fléau des incendies qui, associés au changement climatique, ont décimé de vastes parcelles de forêt indigène, y compris les châtaigniers et les chênes qui contribuent à la qualité unique du miel dans la région.

A Pampilhosa da Serra, dont le maire, José Brito, a des liens avec l'activité apicole, ayant même présidé l'assemblée générale de Lousãmel, Pampimel – Coopérative d'apiculteurs et de producteurs de Medronho a été fondée en 2011.

Dans cette municipalité, les récoltes de miel de bruyère ont déjà commencé et «sont très faibles», a déclaré le président de Pampimel, Luís Estêvão.

Sur les 75 membres de la coopérative, certains "sont très expérimentés et ne se souviennent pas d'une année aussi faible", a-t-il déclaré.

La qualité s'est toutefois améliorée, trois ans après les grands incendies de 2017, qui ont également dévasté la commune de Pampilhosa da Serra.

"La production est franchement mauvaise, mais nous avons à nouveau du miel de bruyère", puisque le revêtement végétal a tendance à se remettre des incendies, a-t-il expliqué.

Luís Estêvão a rappelé que, l'année dernière, «le miel était plus multifloral et clair, avec une petite quantité de bruyère», dont la fleur donne au produit une teinte sombre et une saveur astringente.

Les partenaires de Pampimel ont désormais des productions «au moins 70% inférieures par rapport à une année moyenne», selon le même dirigeant.

Il a expliqué que la plupart des fermes locales sont petites et que les propriétaires «ne se consacrent pas à plein temps» à ce travail.

"Quatre-vingt dix pour cent des associés vendent du miel à la porte et ne le certifient pas", a déclaré Luís Estêvão.

Les conditions atmosphériques, en particulier le froid de mai, ont conditionné la production de miel au minimum, a-t-il déclaré.

La directrice exécutive Lousãmel, Ana Paula Sançana, a confirmé que «les perspectives sont très dramatiques» pour la récolte – la soi-disant cresta – cet été, qui n'a pas encore commencé dans plusieurs comtés.

"De nombreux producteurs ne vont même pas certifier le miel, car il y a une vraie raison", at-il souligné, soulignant que les ruptures n'étaient pas causées "par un déficit de gestion ou d'alimentation", mais par le climat.

"Des mesures seront nécessaires pour soutenir ces producteurs", a défendu le leader.

Lousãmel couvre 10 communes: Arganil, Castanheira de Pera, Figueiró dos Vinhos, Góis, Lousã, Miranda do Corvo, Pampilhosa da Serra, Pedrógão Grande, Penela et Vila Nova de Poiares, dans les districts de Coimbra et Leiria.

CSS // SSS

La teneur en apiculteurs de la Serra da Lousã enregistre une baisse de 80% dans la récolte de miel apparaît en premier à Visão.