Dans une lettre ouverte publiée aujourd’hui dans le journal Público, le président de la PAC, Eduardo Oliveira e Sousa, rappelle que le président de la République achève le mandat actuel en présidant une réunion du Conseil des ministres sur la forêt prévue le 4 mars .

Pour cette raison, le CAP appelle Marcelo Rebelo de Sousa à entamer son second mandat « avec un signal ouvert, inaugurant un large débat – de courte durée, mais intense en discussion – pour garantir qu’il y a un avenir dans la forêt portugaise ».

«L’appréhension que nous avons et à laquelle nous appelons et sensibilisons le Président de la République est pour qu’il ne promulgue pas automatiquement la législation qui sera approuvée au sein du MRC [reunião do Conselho de Ministros] celui qui présidera, sans d’abord l’évaluer correctement, déclenchant des consultations avec les spécialistes et le président du CAP », souligne-t-il.

Le président de la PAC estime que le programme forestier national du plan national de gestion intégrée des incendies ruraux devrait être approuvé lors de la réunion du Conseil des ministres, ainsi que la législation qui consacre un régime juridique de location forcée.

À son avis, l’initiative a «une forte charge symbolique» et «ne peut pas signifier la promulgation automatique de ce programme et de la législation y relative, c’est-à-dire que le symbolisme ne doit pas être confondu avec un accord tacite avec les diplômes qui y seront approuvés».

Eduardo Oliveira e Sousa souligne que le secteur forestier, composé de centaines de milliers de personnes et d’entreprises, «avec un poids très important dans la richesse et les emplois générés au Portugal, ne sait pas ce qui sera décidé».

Selon le fonctionnaire, le gouvernement ne devrait pas, dans une affaire aussi pertinente que celle-ci, décider en tournant le dos à tout un secteur, surtout lorsqu’il est prévu que la forêt soit un atout pertinent pour la reprise de l’économie.

Dans la compréhension de la PAC, les politiques doivent être discutées et débattues avec l’implication des agents du secteur et de leurs représentants associatifs avant d’être approuvées.

«Les mesures décidées dans les bureaux des couloirs du pouvoir à Lisbonne n’ont pas servi le pays rural», dit-il, soulignant que l’injection de financement communautaire dont le Portugal bénéficiera doit être appliquée «de manière efficace et avec une connaissance technique et efficace du territoire, ses caractéristiques et ses besoins ».

En ce sens, la PAC fait valoir que les mesures contenues dans le paquet législatif pour les forêts devraient toujours être fondées sur les meilleures connaissances techniques et scientifiques existantes et être compatibles avec les modèles sylvicoles auxquels elles sont destinées.

Les mesures doivent également être réalisables et économiquement justifiées, productives dans leurs objectifs et équitables.

En mai de l’année dernière, le CAP a condamné le gouvernement pour avoir approuvé un ensemble de diplômes approuvés sur la forêt sans avoir entendu le secteur.

Il s’agissait d’un ensemble de huit diplômes, en Conseil des ministres, qui opère des évolutions en vue de « simplification, décentralisation et transfert de compétences et de responsabilités » dans le cadre des forêts.

Pour la PAC, ce processus législatif « souffre de l’absence de dialogue et de concertation ».

Les agriculteurs ont également noté que le Portugal «est très conscient» des incendies de 2017, ajoutant qu’en raison du manque de consultation du Conseil national des forêts, ainsi que des associations industrielles, le dossier du diplôme «ne devrait pas être publié dans Diário da República et entrer en vigueur avant d’être discuté sur place et à ses propres instances ».

DD (PE) // SB