Les administrateurs judiciaires de Groundforce proposent à l’assemblée des créanciers, prévue ce mercredi, de maintenir « l’activité d’établissement, avec pour conséquence la suspension de la liquidation et du partage de la masse insolvable », selon un rapport.

Dans le document, auquel Lusa a eu accès, les administrateurs de l’insolvabilité, Bruno Costa Pereira et Pedro Pidwell, soutiennent que « la position qui protégera le mieux les intérêts des créanciers » consiste à « délibérer en vue du maintien de l’établissement en activité, avec pour conséquence suspension de la liquidation et du partage de l’actif, ainsi que la concession et le délai de présentation d’un plan de redressement ».

Pour les administrateurs, cette période « devrait tenir compte de la nécessité, à l’avance, de voir s’engager des négociations avec les différents créanciers et, ainsi, aboutir à des consensus qui permettent, à terme, la présentation d’un plan capable de mériter la confiance et l’approbation expresse de la grande majorité des créanciers ».

Le rapport indique également que « seul le maintien de l’activité et le maintien de l’emploi permettront de ne pas perdre tout le « savoir-faire » existant et de ne pas exiger d’indemnités de rupture des contrats de travail, ce qui, de se produire, conduire à une augmentation du passif, au détriment de la plupart des créanciers ».

Les administrateurs judiciaires alertent également sur le fait que, « en raison de la spécificité de l’activité développée par l’insolvable, la fermeture entraînerait toujours de sérieuses difficultés dans la gestion de l’aéroport, avec des conséquences désastreuses qui ne se limitent pas au périmètre des personnes directement impliquées dans ce processus et qui pourrait à terme nuire à l’image extérieure de notre pays ».

Dans le rapport, les administrateurs judiciaires précisent également que, « sans préjudice de la possibilité qu’un créancier et/ou groupe de créanciers puisse proposer de conduire la présentation d’un plan de redressement de l’insolvable », ils seront « disponibles pour prendre l’engagement conduire la présentation du plan de redressement de l’insolvable, ce qu’ils feront naturellement sous le devoir d’assurer les meilleures solutions qui permettent le redressement effectif de l’entreprise et pour lesquels ils compteront, en tout état de cause, avec la précieuse contribution de vos créanciers » .

Bruno Costa Pereira et Pedro Pidwell indiquent également qu’« un recours a été formé par la débitrice contre la condamnation déclarant son insolvabilité, qui, compte tenu des dispositions de l’article 209, alinéa 2, de la CIRE [Código da Insolvência e da Recuperação de Empresas], conduira à la nouvelle assemblée des créanciers pour discuter et voter sur le plan peut ne pas se réunir dans le « timing » qui serait souhaitable ».

Les administrateurs ont également procédé à une analyse de la situation financière de Groundforce, au cours des trois derniers exercices, concluant que, selon les éléments comptables mis à leur disposition « et, bien que ceux relatifs à l’exercice 2020 soient encore une version « projet », sous réserve d’éventuelles corrections », SPdH (Groundforce) « présentait, à fin 2020, des capitaux propres négatifs d’un montant supérieur à 17 millions d’euros ».

L’an dernier, « en raison des impacts de la pandémie sur le transport aérien, le SPdH a clôturé l’année avec des pertes élevées, de l’ordre de 24 millions d’euros. Avec ces résultats, la société a perdu ses fonds propres (désormais négatifs de plus de 17 millions d’euros) et l’actif de l’insolvable (26,1 millions d’euros) a été largement dépassé par son passif (43,3 millions d’euros) ».

Cette année, selon les données présentées dans le rapport, il y a eu une certaine reprise.

« Comme principal facteur positif, l’activité en août 2021 a montré une augmentation par rapport à l’année précédente, soit mesurée par le nombre de mouvements (+2 634), soit mesurée par le nombre de passagers (+768 674). La cargaison a enregistré une augmentation de 5 915 tonnes traitées. Cela a fini par se traduire par une augmentation des revenus de 3,6 millions d’euros (+64%), quand on compare le mois d’août 2021 avec le même mois en 2020″, soulignent-ils, dans le document.

« Enfin, et selon les prévisions d’activité qui existent actuellement, il est crédible que l’EBITDA [resultado antes de impostos, juros, depreciações e amortizações] mensuellement jusqu’à la fin de l’exercice et, s’il n’y a pas de facteurs exogènes défavorables, il peut rester positif, permettant à l’entreprise d’affronter sereinement la reprise de l’entreprise », concluent-ils.

ALYN // CSJ

Le contenu Groundforce Insolvency Administrators Propose Company Maintenance apparaît en premier dans Vision.