C’est l’une des nouveautés de la proposition de loi sur les grandes options (GO) conçue par le gouvernement, qui présente les lignes de politique économique pour les cinq prochaines années et met à jour le document similaire approuvé à la fin de l’année dernière, en tenant compte les impacts et ajustements nécessaires dus à la pandémie de covid-19.

Selon GO 2021-2025, «Enseignement de base et secondaire et administration scolaire» aura une limite de dépenses totales sur les cinq prochaines années (entre 2021 et 2025) légèrement supérieure à 38,77 milliards d’euros.

En comparant les valeurs de la période de temps commune aux deux documents, entre 2021 et 2024, on constate une augmentation du plafond de dépenses de plus de 572 millions d’euros pour l’enseignement de base et secondaire.

Selon la proposition GO connue aujourd’hui, entre 2021 et 2024, l’enseignement de base et secondaire aura une limite de dépenses totale de plus de 30,82 milliards d’euros, alors que le document précédent (alors appelé les Grandes Options du Plan – GOP) prévoyait que le total la limite au cours de ces quatre années serait de 30,25 milliards. Autrement dit, il y a un renfort de plus de 572 millions.

Cette augmentation est contraire à la réduction des limites totales prévue pour l’ensemble de l’administration centrale jusqu’en 2024, dernière année commune aux deux documents.

La proposition GO 2021-2025 publiée aujourd’hui rappelle certaines des mesures présentées par le gouvernement et le ministère de l’Éducation, telles que le renforcement du soutien aux étudiants pour récupérer les apprentissages perdus pendant la pandémie, en raison de l’apprentissage à distance, ou des programmes d’enseignement. lutter contre l’échec scolaire et le décrochage scolaire. Des mesures qui impliquent également l’embauche de plus de personnes pour les écoles.

Garantir l’accès à l’éducation à tous les niveaux de l’éducation, y compris la scolarisation universelle dès l’âge de 3 ans, promouvoir la réussite scolaire et combler le déficit éducatif des générations d’adultes font partie des objectifs décrits dans le document.

Le GO 2021-2025 insiste également sur le renforcement du Plan National de Mise en œuvre d’une Garantie Jeunesse, destiné à améliorer les mécanismes de signalisation des jeunes NEET (qui n’étudient pas, ne travaillent pas, ni ne sont en éducation ou en formation), afin pour répondre au risque d’exclusion prolongée.

On mentionne également des mesures visant à augmenter le nombre d’étudiants dans l’enseignement supérieur, un domaine qui pourra également augmenter les dépenses dans les années à venir: «Science, technologie et enseignement supérieur» va au-delà d’une limite de dépenses de 20,06 milliards d’euros, entre 2021 et 2024, à 20,19 milliards sur la même période.

L’augmentation des bourses et d’autres types d’aide aux étudiants de l’enseignement supérieur, ainsi que la création de conditions permettant à davantage d’étudiants ayant différents types de formation d’accéder à l’enseignement supérieur, sont d’autres objectifs du Gouvernement.

En ce qui concerne le domaine de la recherche, le gouvernement souhaite atteindre l’objectif d’investissements publics et privés en R&D d’environ 3% du PIB d’ici 2030, la composante des dépenses publiques en R&D représentant 1,25% du PIB.

«Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire de doubler le niveau actuel des dépenses publiques et de multiplier par trois le niveau des dépenses privées. Dans le même temps, environ 25 000 emplois qualifiés devraient être créés dans le secteur privé dédié aux activités de R&D », lit-on dans le document.

La proposition GO 2021-2025 souligne que le Portugal aura à sa disposition un important paquet de ressources financières provenant du budget européen, y compris le cadre financier pluriannuel 2021-2027 et l’UE de la prochaine génération.

OUI // JMR

Lusa / FIM

Le contenu éducatif a une augmentation de 572 millions d’euros apparaît en premier à Visão.