Lors de la précédente session du procès, le 20 mai, le parquet a demandé une peine de 21 ans de prison avec sursis, tandis que la défense a plaidé en faveur de l'absolution de l'accusé de 22 ans, soulignant qu'il existe des doutes quant à la responsabilité pénale de l'accusé.

L'accusé répond devant le tribunal pour "meurtre" et "acte terroriste".

Vêtu d'un gilet pare-balles et d'un casque équipé d'un appareil photo, Manshaus aurait tiré plusieurs coups de feu le 10 août 2019 au centre islamique Al-Noor de Baerum, avant d'être capturé par certains fidèles.

Bien qu'il n'ait pas causé de blessures lors de cette attaque, la police a trouvé sa demi-sœur adoptive, d'origine chinoise, tuée par quatre balles dans sa maison.

"Il semble avoir été dangereux depuis longtemps", a déclaré le procureur Johan Øverberg le dernier jour du procès, au tribunal d'Asker og Baerum à Oslo.

La peine demandée par le ministère public est appelée «forvaring» et requiert un minimum de 14 ans, qui peut être prolongé indéfiniment, tant que la personne condamnée est considérée comme dangereuse. La réclusion à perpétuité n'existe pas en Norvège.

Dans les dernières allégations, Øverberg a soutenu que le meurtre de la demi-sœur de 17 ans, Johanne Zhangjia Ihle-Hansen, était une «exécution planifiée» avec des «motifs racistes».

Dans la mosquée où Manshaus a perpétré l'attaque, il n'y avait que trois fidèles se préparant pour un festival, mais l'objectif était de "tuer autant de musulmans que possible", a ajouté le procureur, soulignant que l'accusé n'a exprimé aucun remords.

L'extrémiste de droite a reconnu les faits, mais a rejeté les accusations, affirmant avoir agi par "état de nécessité", un concept juridique qui autorise des actes illégaux dans des conditions exceptionnelles, qui, selon lui, devait assurer la "survie" de la race blanche " .

L'avocat de la défense Unni Fries a appelé à l'absolution, affirmant qu'il y avait des signes évidents de psychose.

"Si le tribunal le juge non responsable, l'accusé pourrait être condamné à un traitement psychiatrique forcé", a-t-il déclaré.

Au cours du procès, trois experts ont conclu que Manshaus était pénalement responsable.

EL (PMC) // EL