1-1-e1669908198824-png

Le PSD prend des mesures pour mettre en place un système de vidéosurveillance dans la ville

Table des matières

Selon Fernando Corvelo, la loi sur la sécurité intérieure définit expressément que ces systèmes peuvent être utilisés pour « la protection des personnes, des animaux et des biens, dans les lieux publics ou accessibles au public ». Les systèmes de vidéosurveillance peuvent également contribuer à prévenir la pratique « d’actes qualifiés par la loi de délits, dans les lieux où il existe un risque raisonnable pour leur existence et pour la sécurité des personnes, des animaux et des biens sur la circulation routière », a-t-il précisé.

« L’installation de ces systèmes de vidéosurveillance devra toujours se faire en étroite collaboration avec la PSP, qui devra identifier, avec les services de caméras, les endroits problématiques qui ont le plus besoin de ces équipements », a-t-il souligné.

Comme dans d’autres municipalités, Fernando Corvelo a déclaré que « la PSP devrait être celle qui gère ces systèmes et visualise les images capturées, toujours avec la pleine sauvegarde des droits, libertés et garanties des citoyens et dans le respect absolu du règlement général sur la protection des données ». .

Il a souligné qu’il n’est question d’aucune « intrusion dans la vie privée ou la liberté de chacun, mais seulement de la volonté de contribuer pour que les habitants et tous ceux qui visitent la commune bénéficient de meilleures conditions de bien-être et de sécurité ».

Le député a ajouté que l’installation de ces systèmes doit toujours être « accompagnée de la réalisation d’actions d’information à destination des résidents, des commerçants et des visiteurs des zones à surveiller, afin de préciser les finalités pour lesquelles ils sont destinés et les mesures à prendre ». sauvegarder les droits des citoyens.

Il a révélé que l’installation de vidéosurveillance ne vise à aucun moment à remplacer ou à outrepasser l’action des forces de sécurité, que nous considérons comme fondamentales pour garantir l’ordre public ».

Fernando Corvelo a déclaré que « l’évolution sociale et démographique dans la municipalité elle-même et les difficultés évidentes de maintien de l’ordre par les forces de sécurité, en raison du manque de troupes parmi les citoyens », encouragent « un sentiment de peur que notre ville puisse être moins sûre ».

Pour le député municipal, cela a « un impact négatif sur la vie des habitants et sur les différentes manières dont ils se rapportent à notre ville, finissant également, de diverses manières, par nuire au commerce de Caldas ».

ET une mesure qui a déjà été discutée lors des séances précédentes de l’AM, mais maintenant avec l’approbation de la proposition du PSD, le vice-président de la Chambre, Joaquim Beato, a déclaré que c’était une question qui devait être analysée, notamment sur la Place 5 de Outubro et au Parque D. Carlos I, sous le contrôle de la Police de Sécurité Publique.

En réponse, il a déclaré que le 21 février une réunion extraordinaire aurait lieu à l’hémicycle pour l’inauguration du nouveau Conseil de sécurité et que le PSP présenterait le rapport sur l’activité dans la ville.

Le député Luís Paulo Baptista (Vamos Mudar) a rappelé que les caméras de surveillance étaient « un sujet que j’ai déjà évoqué lors de la séance de l’AM du 20 juin 2023 et à l’époque le maire a dit que c’était un processus qui aurait un certain développement ». Il a également révélé avoir lu dans la presse locale qu’il était prévu d’introduire des systèmes de sécurité dans le parc D. Carlos I et qu’il serait utile de les étendre à certaines zones de la ville.

La prochaine matinée sera enregistrée sur vidéo à des fins de test

AM a approuvé par 32 voix pour et une contre (PSD) l’enregistrement vidéo de la prochaine session de l’AM dans le but de tester concrètement l’existence des conditions pour les futurs enregistrements et transmissions des sessions.

La proposition a été présentée par le membre de Vamos Mudar, José Luís Almeida, l’un des principaux promoteurs des nouvelles règles de l’AM, révélant que l’un des objectifs est de permettre « dans un acte de transparence, l’approche du citoyen et l’implication des électeurs dans les travaux ».

La proposition de Vamos Mudar était que l’enregistrement de la « prochaine séance pour tester la fiabilité de la solution d’enregistrement soit décidé et que le président d’AM convoque la commission permanente compétente afin qu’elle effectue le travail nécessaire pour analyser l’enregistrement, l’éventuel rapport de techniciens de l’audiovisuel, ainsi que tout ce qui est nécessaire pour que la transmission et l’enregistrement soient mis en œuvre et pleinement opérationnels lors de la prochaine session ordinaire de l’AM ».

Paulo Espírito Santo, du PSD, a proposé de soumettre cette mesure à la commission, considérant la « nécessité de la réglementer ».

José Luís Almeida a rappelé que l’objectif est « d’avoir un enregistrement fermé pour comprendre comment cela fonctionne en temps réel et ensuite l’envoyer à la commission pour analyser les étapes nécessaires », ce qui a conduit à l’approbation de la proposition.

sécurité 2
Les séances AM pourront être enregistrées et diffusées dans un acte de transparence

Lutte pour le nouvel hôpital de Caldas

Au cours de cette séance du matin, le nouvel hôpital do Oeste a été à nouveau discuté. L’ancien maire, Fernando Costa, a exprimé son inquiétude et son malaise face au fait que depuis le 21 octobre de l’année dernière, jour de la manifestation à Lisbonne contre l’emplacement du nouvel hôpital Oeste à Bombarral, « il n’y a jamais eu aucune action de combat. »

« Dans ce processus électoral, il est nécessaire d’avoir une attitude positive et constructive envers les partis qui vont participer à la campagne électorale », a-t-il déclaré. Il a appelé l’exécutif de la municipalité à « inviter à la Chambre les leaders de la liste du district de Leiria pour parler de leurs engagements sur la question de la santé ».

Il a également appelé la Chambre à « organiser et promouvoir à Caldas, en collaboration avec les médias locaux, un débat sur la santé à l’Ouest, avec la présence des têtes de liste de tous les partis de la circonscription de Leiria, dans le but de connaître ce que chaque parti défend et quels sont ses engagements. que vous soyez ou non au gouvernement ».

Le vice-président de la Chambre a déclaré que l’exécutif « n’a pas arrêté la lutte, au contraire, nous comprenons que nous puissions avoir plus de difficultés en cette période électorale, étant donné que nous sommes un mouvement indépendant et que nous ne sommes pas directement liés à un mouvement partisan. problème ».

Il a révélé qu’« une fois la poussière retombée, le conseil municipal et l’ensemble de la société civile caldensienne continueront à s’unir dans la lutte pour notre hôpital ». « Tout indique que nous aurons les mêmes députés à l’Assemblée de la République, qui continueront certainement à défendre le nouvel hôpital de Caldas », a-t-il déclaré.

Jaime Neto, du PS, a soutenu qu’« il faudrait discuter des critères d’implantation des nouveaux hôpitaux, s’ils peuvent être situés aux carrefours autoroutiers et à cinq kilomètres d’une ville de quatre mille habitants, alors qu’à quelques kilomètres seulement se trouve une ville avec 32 000 personnes.

António Curado, de Vamos Mudar, a déclaré que la question du nouvel hôpital reste d’actualité, invitant la presse locale à mener un débat avec les représentants du parti.

Paulo Espírito Santo, du PSD, a souligné le travail que « les députés Hugo Oliveira, du PSD, et Sara Velez, du PS, qui sont à nouveau candidats, ont fait en faveur de l’Hôpital nas Caldas ».

Il a également souligné le chef de liste AD de Leiria, Telmo Faria, qui « a envoyé il y a quelque temps à l’AM qui s’est déroulée au CCC une lettre défendant ce que nous défendons tous pour le nouvel hôpital ».

Articles récents