Le président du PS/Lisbonne a accusé ce vendredi le candidat social-démocrate à l’autarcie de Lisbonne, Carlos Moedas, d’avantage politique en liant l’augmentation des cas de covid-19 dans la commune à l’exclusion du Portugal de la « liste verte » britannique de voyages internationaux.

« Les deux faces de Coins ont mis deux jours à se révéler. En moins de 48 heures, le candidat PSD à la Chambre de Lisbonne a réussi à critiquer Fernando Medina [presidente da Câmara de Lisboa] pour n’avoir pas permis l’existence d’arraiais dans la nuit de Santo António et tenu la collectivité locale pour responsable de ne pas avoir « agi de manière préventive et planifié la phase nécessaire du déconfinement » », explique Sérgio Cintra dans un communiqué transmis à la rédaction.

Pour le président du PS/Lisbonne, « si le premier cas révèle l’impréparation de ceux qui ne connaissent pas la ville » et la « dynamique populaire qui rassemble plus d’un demi-million de personnes dans la nuit de Santo António », le second est « une tentative éhontée d’avantage politique et de basse politique de ceux qui se sentent à l’aise de pouvoir tout dire et son contraire en seulement deux jours ».

Sérgio Cintra soutient que Carlos Moedas « a adopté un programme qui ne fait que suivre le besoin permanent d’être en désaccord pour être en désaccord, même sur des questions sensibles telles que la santé publique, de faire du bruit pour voir si quelqu’un remarque que sa campagne existe ».

« Une tactique de la terre brûlée qui atteint le point où le candidat du PSD pour la plus grande autarcie du pays contredit son chef de parti quelques secondes après avoir déclaré qu’un maire, à mon avis, ne devrait pas créer les conditions pour que les gens sortent dans la rue », il ajoute.

Carlos Moedas, qui dirige la coalition Novos Tempos avec l’autorité locale de Lisbonne, qui rassemble PSD, CDS-PP, PPM, MPT et Aliança, a déclaré jeudi que l’exclusion du Portugal de la « liste verte » britannique des voyages internationaux en raison de covid-19 « n’ignore pas l’augmentation des cas dans la municipalité », accusant Fernando Medina d' »incompétence ».

« L’incompétence et le manque de leadership de Fernando Medina sapent la reprise du tourisme, de l’économie et mettent la vie des gens dans les limbes », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« Si Fernando Medina avait agi de manière préventive et planifié la phase nécessaire du déconfinement, et aujourd’hui les Lisboètes ne vivraient plus dans un climat d’incertitude », a-t-il ajouté.

Le Portugal quittera la « liste verte » des voyages internationaux du gouvernement britannique en raison de la découverte de nouvelles variantes et de l’augmentation du nombre d’infections ces dernières semaines, a confirmé jeudi le ministre britannique des Transports, Grant Shapps.

Le ministre a déclaré dans une interview diffusée sur Sky News qu’il s’agissait d’une « décision difficile à prendre », citant deux raisons principales qui inquiètent les autorités britanniques.

« L’un est que le taux de positivité a presque doublé depuis le dernier examen au Portugal et l’autre est qu’il y a une sorte de mutation népalaise de la variante dite indienne qui a été détectée et nous ne connaissons tout simplement pas le potentiel que cela pourrait doivent résister au vaccin. » a expliqué.

Shapps a déclaré que le gouvernement voulait s’assurer que le pays n’importe plus de variantes mettant en péril le plan de décontamination, à savoir la quatrième étape prévue le 21 juin, date à laquelle toutes les restrictions devraient être levées.

La mesure devrait entrer en vigueur mardi à 04h00, date à laquelle le Portugal sera inscrit sur la liste « jaune », selon le Daily Telegraph.

Les pays de la « liste jaune » sont soumis à des restrictions plus strictes, à savoir une quarantaine de 10 jours à l’arrivée au Royaume-Uni et deux tests PCR le deuxième et le huitième jour, comme c’est déjà le cas avec la plupart des pays européens, comme l’Espagne, la France et la Grèce.

Le Portugal était jusqu’à présent le seul pays de l’Union européenne (UE) figurant sur la « liste verte », qui exempte les voyageurs de quarantaine à leur retour sur le territoire britannique, en vigueur depuis le 17 mai.