Le PS et le PSD font un bilan positif du nouveau modèle de débats avec le gouvernement au parlement, considérant que le contrôle de l’exécutif n’a pas diminué et même augmenté la profondeur et la qualité des discussions politiques.

Près d’un an après l’amendement du Régiment qui a mis fin aux débats bihebdomadaires avec le Premier ministre, les remplaçant par des discussions mensuelles avec le Gouvernement (alternant entre le chef de l’exécutif et les ministres sectoriels), Lusa a interrogé le PS et le PSD – qu’ils ont approuvé seuls, avec l’opposition des autres bancs et même quelques différends internes – sur le bilan qu’ils ont apporté des changements.

« Le bilan que nous faisons est positif. Comme on peut le voir, personne n’a mis fin aux débats, les débats continuent, seule leur régularité, leur périodicité a changé », a déclaré la dirigeante du PSD Catarina Rocha Ferreira, qui a coordonné les travaux de la commission qui a révisé le règlement de son siège. de la République.

Le député et vice-président du groupe parlementaire social-démocrate a souligné que pour le PSD la présence du Premier ministre au parlement « est très importante », car cela signifie sa responsabilité politique, mais considère que la diminution du nombre de fois qu’il répond aux députés de politique générale « ne remettent en cause ni la démocratie ni le contrôle du gouvernement sur le parlement ».

Le député et leader socialiste Porfírio Silva a également souligné que « le parlement devrait être le lieu central du débat démocratique et du contrôle du gouvernement », mais a rejeté que le changement du modèle de débat ait pu affecter ces fonctions.

« Le contrôle du Gouvernement ne perd rien, au contraire, avec les débats sectoriels, le contrôle du Gouvernement avec les débats sectoriels peut encore être plus serré dans cette modalité. Franchement, je ne pense pas que la démocratie ait perdu, je ne pense pas que la capacité du parlement à contrôler l’action du gouvernement ait diminué, il me semble que le bilan est positif », a-t-il estimé.

Dans le même ordre d’idées, Catarina Rocha Ferreira a défendu que l’évaluation du nouveau modèle ne peut se faire uniquement « au nombre de débats » – dans cette session législative, il y en avait quatre avec le Premier ministre sur la politique générale, plus quatre avec les autres ministres, contre dix débats bimensuels lors de la session précédente.

« Ce qu’il faut regarder, c’est comment sont les débats maintenant : le débat qui n’avait qu’un seul tour en a maintenant deux, ça a permis un débat plus exhaustif, plus profond qu’avant, c’est-à-dire qu’il a amélioré la qualité des débats », a-t-il déclaré. a souligné, soulignant également la plus grande « spécialisation » des débats avec la présence régulière des ministres sectoriels.

D’autre part, le député social-démocrate a estimé que la diminution des débats permet un meilleur ajustement avec les autres fonctions du parlement, qui incluent la présentation d’alternatives et d’initiatives législatives par les partis, et a souligné que tous les autres instruments de contrôle de l’exécutif, comme les auditions de commissions, les questions au gouvernement, les interpellations, les débats d’urgence ou les motions de censure, et il y a même un nouveau débat en plénière sur le contrôle de l’action de l’exécutif dans la réglementation des lois et la réponse aux questions et exigences de l’opposition.

Interrogés pour savoir s’ils admettent améliorer ce modèle, aucun des deux chefs de parti n’a rejeté ce scénario au départ, mais ils considèrent que le nouveau Régiment va dans la bonne direction.

« Le groupe parlementaire PS est toujours soucieux d’adapter progressivement les modalités de fonctionnement du parlement aux exigences de la société et de la démocratie et d’avoir une vie politique transparente, nous ne fermons jamais la porte à aucune amélioration », a déclaré Porfírio Silva.

Pourtant, pour le membre du secrétariat national du PS, « l’idée que la politique nationale et les débats importants dans le pays ne soient débattus que lorsque le Premier ministre se rend à l’Assemblée de la République est une idée fausse ».

« Si ce que nous voulons, c’est qu’il y ait une grande confrontation personnelle entre le Premier ministre et le chef de l’opposition, peut-être qu’il vaudrait même mieux y aller tous les jours, mais si l’idée est d’avoir un secteur sérieux, en profondeur, examen par secteur, je ne pense pas que nous ayons perdu quoi que ce soit, très franchement », dit-il.

Catarina Rocha Ferreira a en revanche souligné que le nouveau modèle de débat est en place depuis moins d’un an, « une année pandémique atypique », il pourrait même être « légèrement amélioré », mais a réitéré que « c’est ainsi avant ».

« Auparavant, il y avait un souci plus prononcé de marquer l’agenda médiatique de banalités, les Portugais veulent être sérieux dans le débat politique et dans le contrôle du gouvernement, il ne s’agit pas seulement d’écouter des ‘octets sonores’ et d’échanger des fanions » , pensa-t-il.

Pour la députée social-démocrate, le fait qu’il n’y ait pas de débats avec la première ministre « week in, week out » permet de valoriser sa présence en plénière et un débat plus éclairant, en plus de considérer le modèle actuel plus adapté à la Régime semi-présidentiel portugais .

SMA // SF