1-1-e1669908198824-png
40076629_visao-saude-1217702-6197070-jpg

Le Portugal « sera prêt » à adopter des mesures si nécessaire

« Tout sera préparé pour que, le cas échéant, nous puissions adopter les mesures de contrôle qui pourraient être jugées nécessaires », a-t-il assuré.

Plusieurs pays, dont des États membres de l’Union européenne comme l’Espagne, l’Italie, la France ou la Suède, ont annoncé ces derniers jours la mise en place de mesures de contrôle dans les aéroports pour les voyageurs en provenance de Chine, afin d’empêcher l’entrée de porteurs du virus à l’origine de la maladie. covid19.

Interrogé aujourd’hui par des journalistes à l’issue d’une visite à l’hôpital Doutor Fernando da Fonseca (Amadora-Sintra) si le Portugal a l’intention de faire de même, le ministre de la Santé a déclaré que « c’est une mesure qui est envisagée et qui se prépare ».

« Lorsque nous l’annonçons, nous devons être prêts à l’adopter immédiatement », a-t-il expliqué.

Manuel Pizarro a déclaré que le ministère de la Santé est en « contact étroit » avec les autres pays de l’Union européenne, avec les organisations internationales de santé et, dans le contexte portugais, en collaboration avec le ministère de l’Intérieur et le ministère des Affaires étrangères.

Le gouverneur a souligné « le taux de couverture vaccinale très élevé » contre le covid-19 au Portugal, qui « apporte une sécurité et une protection très importantes », mais a admis que cela ne signifie pas qu’il n’y a pas de « possibilité d’une résurgence de la pandémie, notamment en compte tenu de la situation pandémique en Chine ».

L’Union européenne s’est abstenue le 29 décembre de suivre la décision de plusieurs pays d’imposer des tests Covid-19 aux voyageurs en provenance de Chine arrivant dans leurs aéroports, mais a promis de rester vigilante et prête à agir ensemble.

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) indique aujourd’hui sur son site officiel qu’en collaboration avec les États membres de l’Union européenne et la Commission européenne, il a intensifié ses activités de suivi après le nombre de cas de covid-19 atteignant un niveau record en Chine continentale, avec un pic le 2 décembre 2022.

Le Centre mentionne également qu’il travaille en étroite collaboration avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS)/Europe et l’OMS/Siège, soulignant qu’il est en contact régulier avec le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies (China CDC) et avec les principaux CDC dans le monde. .

Le nombre de cas de covid-19 a atteint un niveau record en Chine continentale, avec un pic le 2 décembre 2022 et au cours des trois dernières semaines, l’incidence a diminué, probablement aussi en raison d’un plus petit nombre de tests effectués, entraînant des moins d’infections détectées, selon l’ECDC.

Après des restrictions de voyage strictes au plus fort de la pandémie, l’Union européenne est revenue cet automne à un système de voyage gratuit pré-pandémique, mais les pays membres ont convenu qu’un « frein d’urgence » pourrait, si nécessaire, être activé dans un court laps de temps. le temps de relever un défi inattendu.

Le Covid-19 est une maladie respiratoire infectieuse causée par le coronavirus SARS-CoV-2, détectée il y a trois ans en Chine et qui s’est propagée rapidement dans le monde, ayant assumé plusieurs variantes et sous-variantes, certaines plus contagieuses que d’autres.

La maladie est une urgence de santé publique internationale depuis le 30 janvier 2020 et une pandémie depuis le 11 mars 2020.

HN (ER/MICA) // FPA

Articles récents