Le secrétaire d’État aux Affaires européennes a défendu ce mardi que le Portugal n’avait pas signé une lettre signée par 13 États membres sur les droits des LGBT en Hongrie en raison du « devoir de neutralité » qu’il a lorsqu’il préside le Conseil de l’Union européenne (UE) .

« Je n’ai pas signé le document car nous assumons actuellement la présidence et nous avons un devoir de neutralité. En même temps, le débat au Conseil avait lieu et nous avons un rôle de « médiateur honnête » qui a un prix : le prix est que nous n’avons pas pu signer le document aujourd’hui », a déclaré Ana Paula Zacarias.

Le secrétaire d’État aux Affaires européennes s’exprimait lors d’une conférence de presse après avoir présidé la dernière réunion du Conseil Affaires générales de la Présidence portugaise du Conseil de l’UE, qui s’est tenue à Luxembourg.

Au jour où 13 pays de l’Union européenne ont adressé une lettre à la Commission européenne exhortant l’exécutif communautaire à « utiliser tous les instruments à sa disposition pour garantir le plein respect du droit européen », face à une loi hongroise jugée « discriminatoire à l’égard des personnes LGBT », Ana Paula Zacarias a déclaré que « la position du Portugal est très claire » sur la question.

« La position du Portugal est très claire en ce qui concerne la tolérance, le respect de la liberté d’expression et les droits des personnes LGBTIQ. Il n’y a absolument aucun doute sur la position du Portugal sur cette question », a souligné le responsable.

Affirmant qu’il est « clair » qu’il aurait signé la lettre s’il s’agissait d’un individu, Ana Paula Zacarias a réitéré que la déclaration n’avait pas été signée par le Portugal car le pays assume actuellement la direction du Conseil de l’UE.

La secrétaire d’Etat a ainsi rappelé les propos tenus ce matin à l’entrée du Conseil Affaires générales, où elle a affirmé que « les couleurs de l’arc-en-ciel unissent la diversité », en référence aux critiques adressées par la Hongrie à la municipalité de Munich pour avoir voulu illuminez votre stade avec les couleurs associées à la communauté LGBT.

« Je pense que la déclaration de ce matin était très claire concernant la position que nous avons sur cette question », a déclaré le responsable.

Treize pays de l’Union européenne ont exhorté la Commission européenne à « utiliser tous les instruments à sa disposition pour garantir le plein respect du droit européen », face à une loi hongroise jugée « discriminatoire à l’égard des personnes LGBT ».

« Nous exprimons notre profonde préoccupation face à l’adoption par le parlement hongrois d’une législation discriminatoire à l’encontre des personnes LGBTQI (lesbiennes, « gays », bisexuels, transgenres, vouloir et intersexe) et qui viole le droit à la liberté d’expression sous prétexte de protéger les enfants », ont écrit les 13 États membres.

Rédigé à l’initiative de la Belgique, le texte a été signé par 12 autres États membres : les Pays-Bas, le Luxembourg, la France, l’Allemagne, l’Irlande, l’Espagne, le Danemark, la Finlande, la Suède, l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie.

Le 15 juin, la Hongrie a adopté une loi interdisant la « promotion » de l’homosexualité aux moins de 18 ans, ce qui a déclenché des troubles parmi les défenseurs des droits humains alors que le gouvernement conservateur de Viktor Orbán multiplie les restrictions à l’encontre de la communauté LGBT.

La nouvelle loi hongroise « introduit une interdiction de ‘la représentation et la promotion d’une identité de genre autre que le sexe à la naissance, le changement de sexe et l’homosexualité’ chez les personnes de moins de 18 ans », indiquent les pays signataires, condamnant « une forme flagrante de discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, l’identité et l’expression de genre ».