1-1-e1669908198824-png
29750737_wm-4503844-7587753-jpg

Le Parlement débat aujourd’hui du projet PSD visant à créer un programme pour attirer les immigrants

L’initiative sera au centre du débat lancé par le PSD, et qui met en œuvre deux intentions exprimées dans la motion stratégique avec laquelle Luís Montenegro s’est présenté et a remporté la présidence du parti.

A l’issue de la première réunion du mouvement Acreditar, qui s’est tenue lundi à Coimbra et avait pour thème la démographie, Luís Montenegro a défendu que ce thème « ne peut plus attendre les réponses du pouvoir politique », et que, parallèlement à la suppression Parmi les obstacles à l’augmentation de la natalité et à la création de plus de valeur par l’économie, l’attraction des immigrés est essentielle pour, « dans les décennies à venir, compenser le déclin démographique ».

« Cela implique que nous sachions de quels profils de ressources humaines nous avons besoin et que nos universités puissent mieux accueillir les étudiants étrangers », a-t-il illustré.

Dans le diplôme qui sera débattu aujourd’hui, les sociaux-démocrates désignent «l’hiver démographique» comme «la principale menace pour l’avenir du Portugal», soulignant qu’au cours de la dernière décennie, le Portugal a perdu 196 000 habitants et qu’en 2021 «l’équilibre naturel a été le pire depuis qu’il y a des records ».

Alertant sur « l’effet dramatique » de ces chiffres sur « le modèle de développement, sur la soutenabilité des comptes publics et, en particulier, sur la soutenabilité de la sécurité sociale », le PSD conclut qu’« à court et moyen terme, la seule le seul moyen d’enrayer la crise démographique passe par l’immigration »

« Les politiques visant à lever les obstacles au taux de natalité souhaité sont essentielles, mais elles mettent des générations à produire des effets et leurs résultats sont très incertains. L’immigration prend effet immédiatement (…) Un débat structurellement opposé à l’immigration est donc largement dénué de sens ; elle est indispensable à notre survie collective », défendent les sociaux-démocrates.

Dans le diplôme, le PSD considère qu' »il faut adopter des politiques migratoires sophistiquées qui permettent l’attraction des talents entrepreneuriaux, les nomades numériques, les nouveaux types de migrants et l’évaluation des qualifications » afin que le pays puisse gagner une « course aux talents » qui soit contestée par plusieurs pays.

Le PSD juge « incompréhensible que l’État n’ait pas une politique adéquate pour faire face à une situation de véritable urgence nationale » et qu’il « ne fournisse pas des services publics agiles et compétents » dans ce secteur, entretenant « le flou institutionnel qui, par exemple , s’est produit au Service des étrangers et des frontières ».

Pour cette raison, soutiennent-ils, une Agence portugaise pour la migration et l’asile devrait être créée, comme cela avait été prévu (dissolution du Haut-commissariat pour la migration).

«Il est également fondamental, en articulation avec le milieu universitaire et le secteur privé, d’identifier les besoins du pays et de concevoir et mettre en œuvre un ensemble d’actions pour attirer, accueillir et intégrer les immigrants et les talents de l’étranger ou le retour des Portugais de l’étranger. Ces actions devraient être stratégiquement planifiées dans un programme national, à revoir périodiquement, et dont la préparation et la mise en œuvre seront de la responsabilité de la nouvelle Agence portugaise pour les migrations », fait référence au projet de loi.

Ce Programme National d’Attraction, d’Accueil et d’Intégration des Immigrés, d’un horizon de quatre ans, serait préparé par cette nouvelle agence publique et présenté par le Gouvernement au Parlement, et devrait faire l’objet d’un rapport annuel à débattre en Assemblée. de la République.

Parmi les compétences de l’Agence portugaise pour les migrations, qui aurait son siège à Lisbonne mais pourrait ouvrir des bureaux « dans les ambassades ou consulats portugais à l’étranger », figurent la promotion de l’image internationale du Portugal et l’accueil des immigrés et de leurs descendants.

Selon le projet de loi PSD, cette agence aurait également parmi ses nombreuses attributions le développement d’une politique d’attraction de jeunes étudiants dans les universités portugaises et leur rétention, ainsi que la régularisation de l’entrée et du séjour des citoyens étrangers sur le territoire national, les avis sur les candidatures pour les visas, l’asile et l’installation des réfugiés et la lutte contre « toute forme de discrimination fondée sur la couleur, la nationalité, l’origine ethnique ou la religion ».

SMA // JPS

Articles récents