Ce vendredi, le Parlement a approuvé la proposition du gouvernement avec des mesures d’urgence visant à contenir la hausse des prix de l’énergie et de l’agroalimentaire, avec des votes en faveur du PS, du PSD, du Bloc de gauche (BE), de l’Initiative libérale (IL) et du Livre. Assez, PCP et PAN se sont abstenus.

C’est la réduction de la Taxe sur les Produits Pétroliers (ISP), applicable au gazole et à l’essence sans plomb, et fixée « jusqu’au taux minimum de zéro euro », proposée par l’Exécutif, qui a fait l’objet du plus grand débat. Selon les comptes du gouvernement, sa baisse équivaudrait à la réduction de la TVA à 13%, en dessous du minimum que la loi actuelle autorise. L’objectif est que la réduction du FAI prenne effet en mai prochain, remplaçant immédiatement l’Autovoucher.

« C’est une priorité de lutter contre la hausse des prix », souligne le sous-secrétaire d’État et des affaires fiscales, António Mendonça Mendes, qui justifie qu’il s’agissait du premier projet de résolution présenté par le nouveau gouvernement. Il faut veiller à ce que la réduction du FAI ne soit pas absorbée par les marges bénéficiaires des stations-service. L’objectif, soutient-il, est d’alléger les coûts des familles.

L’opposition accuse l’exécutif de peu d’ambition, arguant que les mesures sont insuffisantes et tardives.

Les sociaux-démocrates ont souligné que le PS est responsable de la plus forte augmentation des taxes sur le pétrole jamais enregistrée, se référant à 2016, lorsqu’il a mené une « augmentation brutale du FAI » qui a entraîné une augmentation de 600 millions d’euros de la taxe dans les recettes de cette année-là. « La parole donnée n’a pas été honorée » car elle n’est pas descendue plus tard, a allégué Alexandre Simões. Mendonça Mendes a nié l’accusation.

Pourtant, le PSD accuse l’exécutif de n’avoir créé l’Autovoucher qu’en octobre face au mécontentement grandissant en pleine campagne électorale. « Maintenant, ces mesures arrivent au mauvais moment, avec un retard de cinq ans », s’est-il défendu.

Chega défend une remise directe par litre de carburant, similaire à ce qui se passe en Espagne. « Il y a plus d’avantages : moins de complexité, plus de transparence, de meilleures prévisions budgétaires, plus d’économies pour les familles » par rapport à la proposition du gouvernement, a déclaré le député Rui Afonso.

De la même banquette parlementaire, Pedro Frazão dénonce qu’à Setúbal, l’agriculture « tue des animaux parce qu’il est trop coûteux de les maintenir en vie », il propose donc d’étendre l’exonération de TVA au-delà des aliments pour animaux et des engrais pour faciliter la vie des agriculteurs.

Rui Rocha, d’IL, déclare que les « mesures ne sont pas opportunes car elles sont tardives et insuffisantes », il défend donc la réduction de la pression fiscale « face à la baisse réelle des revenus », tant dans les impôts indirects que dans la TVA sur l’énergie et le gaz, comme par le biais de la révision des tranches de l’IRS. « Nous ne pouvons pas accepter de plus grandes recettes fiscales », souligne-t-il, ajoutant que dans cette voie António Costa pourrait être connu, à la fin de la législature, comme « l’austéritarien ».

A gauche, le PCP a insisté sur le fait qu’« il faut aller beaucoup plus loin » par rapport à ce qui était proposé, énumérant les dix projets de résolutions qu’il a portés au Parlement. Le député João Dias défend, notamment, pour les carburants, la fixation des prix et des marges bénéficiaires, la taxation des bénéfices inattendus, la fin des FAI et la double imposition. En ce qui concerne l’énergie et le gaz, il souhaite une TVA à 6 %. D’autres mesures visent à garantir la souveraineté alimentaire, à augmenter la capacité de production nationale et à éviter les hausses de prix spéculatives.

BE a insisté sur la fin de la double imposition et sur le fait que le gouvernement avait la possibilité d’intervenir sur la marge bénéficiaire du carburant dès octobre, alors que les prix augmentaient déjà. Mais la consultation publique est toujours en cours et l’exécutif attend. Face à cette accusation, Mendonça Mendes a justifié que « le gouvernement n’a pas une vision totalitaire de l’État » et que les instances de régulation sont indépendantes.

Pedro Filipe Soares, de BE, a également déclaré que Galp a des bénéfices presque record dans ce contexte. « Le gouvernement va-t-il continuer à accepter ce vol aux familles ? », demande-t-il.

Livre, en la personne de Rui Tavares, a déclaré que le paquet de mesures « est un analgésique et non un remède », défendant des mesures telles que la mise en place d’un programme de transports publics électriques pour les écoles et les personnes vulnérables afin de parcourir un « la voie vers un nouveau modèle de développement indépendant des énergies fossiles ». À ce stade, il demande au gouvernement s’il est disponible pour discuter de ce type de mesures.

Mendonça Mendes a été catégorique en déclarant que l’exécutif est disponible pour tous les débats qui contribuent à la transition énergétique et en a profité pour laisser des barbes à droite, qu’il a accusées de ne pas vouloir connaître l’avenir et le changement climatique.

La députée du PAN, Inês de Sousa Real, a déclaré que la baisse des prix est « essentielle », mais qu’elle ne peut se faire par des mesures conservatrices qui ignorent les objectifs environnementaux, en contre-cycle avec le changement climatique. Elle prône notamment une TVA à 0% sur les biens de première nécessité tels que le pain, les céréales, les fruits et légumes.