Le Mouvement Culturel Terra de Miranda (MCTM) critique le rapport final du groupe de travail, dont la fonction principale était d’analyser et d’approfondir les impacts de la vente de barrages situés dans le bassin du Douro, dans une entreprise qui a conduit à des accusations de taxe péage par le non-paiement du droit de timbre, entre autres taxes, pour un montant de 111 millions d’euros. A propos du groupe de travail, précise le MCTM, « il a été créé avec l’intention de rendre la faveur que le ministre a faite à EDP, lorsqu’il a autorisé la vente des six barrages du Douro, pour 2.200 millions, sans payer d’impôts », accuse le MCTM ce lundi 10 mai, après la présentation publique par le ministre de l’Environnement et de l’Action pour le climat, Matos Fernandes, de la «Feuille de route pour le développement durable et intégré des terres de Miranda, Sabor et Tua», qui a eu lieu dans le passé Samedi 8 mai à Mogadouro.

«Une poignée de rien», dit le MCTM sur le rapport du groupe de travail, qui visait également à déterminer «les avantages réels dont ces municipalités pourraient bénéficier» et à énumérer «les mesures possibles qui permettent, de la meilleure façon, d’exécuter les norme acceptée dans la loi de finances de l’Etat pour 2021 « qui prévoit la création d’un fonds résultant du transfert de la concession des barrages à travers son article 134, où l’on peut lire que » le fonds résultant du transfert de concession des barrages de Miranda do est créé Douro, Picote, Bemposta, Baixo Sabor, Sorcereiro et Tua ».

Selon OE2021, l’objet et la gestion du fonds sont définis par le gouvernement, par décret-loi à publier dans les 90 jours suivant le transfert de la concession des barrages, après avoir entendu les communes du territoire en question, un délai que selon le Mouvement Culturel «a déjà été dépassé».

Selon le Mouvement du Land de Miranda, le rapport fait «quatre recommandations au gouvernement pour envisager d’éventuelles modifications de la loi actuelle, les mêmes que tout citoyen peut faire et des investissements de 91 millions d’euros sont annoncés pour 10 communes». Cependant, prévient-il, «28 millions font référence à des projets ‘déjà achevés’ et 8 millions à des ‘projets en cours d’exécution’, il est donc étrange que leur inclusion dans ce rapport, c’est-à-dire que sur les 91 millions, seuls 55 millions le soient. à de nouveaux projets. S’agissant d’un plan sur 6 ans, il y en aura un peu plus de 9 millions par an, soit une moyenne de moins d’un million d’euros pour chacune des dix communes ».

«Cela représente environ 5% du budget de chacune des communes de Miranda et Mogadouro (c’est-à-dire le montant correspondant à ce que chacune de ces communes dépense en moins de 20 jours), et rien pour Vimioso, qui intègre également la Terre Miranda . Ces valeurs ne sont rien de plus que de simples intentions. Comme l’indique le rapport, l’argent provient du prochain cadre de soutien communautaire, ce qui signifie qu’il n’existe pas encore. Et quand il existe, il dépend toujours de sa disponibilité par les Ministères des Finances et du Plan. Comme le rapport ne dit rien sur l’engagement de ces ministères, rien n’est assuré », soulignent-ils.

Pour MCTM, dans ce document, «il est suggéré que l’IMI n’est pas due aux barrages, ce qui est une ingérence inacceptable et un conditionnement de l’Autorité fiscale et douanière, qui enquête sur l’entreprise, comme le sait le public. Comme vous pouvez le voir, le ministre a apporté une poignée de promesses qui, en fait, ne sont qu’une poignée de rien. Tout se résume à un mot: «Propagande» ».

Le mouvement des citoyens du Planalto Mirandês continue également de réclamer les 110 millions d’euros de droit de timbre «dus» pour l’activité de transport des barrages du Douro, Sabor et Tua d’EDP à Engie, qui ont porté sur 2 200 millions d’euros.

«Si le ministre avait honoré son rôle, il n’aurait autorisé la vente des barrages qu’après s’être assuré qu’EDP ne recourrait pas à des formes de planification fiscale pour éviter de payer les impôts dus. Si EDP avait payé ce qui était dû, au moins 110 millions d’euros de droit de timbre seraient entrés dans les caisses des communes de Terra de Miranda », ajoutent-ils, ajoutant que« le ministre n’aurait pas besoin de recourir à plus de mensonges et de fausses promesses. et, certainement, les citoyens de Terra de Miranda pourraient avoir une vie plus prospère, comme c’est leur droit. Ces manœuvres ne nous trompent plus »

Le Mouvement laisse également un message au représentant du gouvernement: «Ne pensez pas qu’avec ces promesses, votre volonté et votre détermination seront stupéfiées. Nous sommes engagés dans le développement de notre Terre. Nous ferons tout pour qu’EDP paie les 110 millions d’euros de droit de timbre et les impôts restants dus ».

91,7 millions de projets pour les communes de Trás-os-Montes couverts par des barrages vendus

Le groupe de travail créé par le gouvernement pour analyser l’impact de la vente de six barrages d’EDP par EDP à Engie a annoncé le week-end dernier un package de 91,7 millions d’euros qui comprend 133 projets dans 10 communes

L’annonce de cet investissement de l’État a été faite, ce samedi, lors d’une séance à Mogadouro, dans le district de Bragança, présidée par le ministre de l’Environnement et de la Transition énergétique, João Matos Fernandes, dans laquelle tous les investissements étaient répertoriés pour 10 communes couvertes par le six barrages du bassin du Douro vendus à un consortium mené par la société française Engie pour 2,2 milliards d’euros. Les projets ont une période d’exécution de six ans.

Le montant annoncé par le groupe de travail, coordonné par l’Agence portugaise de l’environnement, ne satisfait pas tous les maires concernés, comme l’a souligné le maire de Mogadouro, évoquant que le paquet d’investissement «en savait un peu».

«Au milieu des réunions du groupe de travail, nous avions environ 440 millions d’euros pour les projets. Et ces projets étaient transversaux aux 10 communes couvertes par les six barrages. Il y avait des projets comme l’irrigation ou la réactivation du chemin de fer de Sabor qui n’ont pas été envisagés et étaient dus », a déclaré Francisco Guimarães, en marge de la présentation du plan, cité par Lusa.

Selon le maire, la question qui se pose désormais est de savoir si EDP ou Movhera (actuel concessionnaire des six barrages) « sont prêts à soutenir certains de ces projets qui s’inscrivent dans une feuille de route ».

Ce groupe est composé de représentants des ministères de l’environnement, des finances et de la modernisation de l’État, des organes de l’administration publique et des municipalités d’Alijó, Alfândega da Fé, Carrazeda de Ansiães, Macedo de Cavaleiros, Miranda do Douro, Mirandela, Mogadouro, Murça, Torre de Moncorvo et Vila Flor, couverts par la vente de titres d’utilisation des ressources en eau liés aux centrales hydroélectriques de Miranda, Bemposta, Picote, Baixo Sabor, Feiticeiro et Foz Tua.

De son côté, le vice-président de la Communauté Intercommunale du Douro, Nuno Gonçalves, a déclaré que les 91,7 millions annoncés sont suffisants pour les projets annoncés.

«C’est nous qui avons identifié ces projets présentés aujourd’hui. Mais tout ce processus est un point de départ et non un point final. Cependant, nous étions un peu en deçà de ce qui était prévu. Nous devons impliquer davantage de ministères dans ce processus », a déclaré le maire de Torre de Moncorvo.

Le président de la Communauté Intercommunale de Terras de Trás-os-Montes, Artur Nunes, a souligné l’ouverture d’une «fenêtre d’opportunités» pour l’investissement dans ce territoire de Trás-os-Montes, suite au processus de concession des six barrages.

Parmi les 133 projets annoncés, nous mettons en avant des interventions en termes de cycle de l’eau urbain (41 millions d’euros), de protection de la nature et des forêts (12,5 millions d’euros), de transition et d’efficacité énergétique (12,3 millions d’euros) d’euros) ou de mobilité durable (11,2 millions d’euros) ).