Le ministre des Sciences, de la Technologie et de l'Enseignement supérieur, Manuel Heitor, a défendu aujourd'hui que les cours dans l'enseignement supérieur devraient avoir une charge de travail hebdomadaire plus courte et être plus courts, afin que les citoyens puissent étudier tout au long de leur vie.

"L'un des problèmes critiques, à mon avis, ayant le plus grand impact sur l'enseignement supérieur, concerne, d'une part, la nécessité d'enseigner ou d'apprendre tout au long de la vie, car ce sont des moyens faciles d'acquérir des connaissances", a défendu Manuel. Hector.

À titre d'exemple, le ministre a cité l'Europe du Nord, qui "a une très longue tradition d'apprentissage tout au long de la vie", mais pour que cela se produise au Portugal "et pour que plus de gens étudient, des cours plus courts sont nécessaires" .

Manuel Heitor s'exprimait lors du webinaire «Impacts de covid-19 sur l'internationalisation de l'enseignement supérieur», organisé par la Fédération de district de Coimbra de la jeunesse socialiste, dans le cadre des célébrations des 22 ans de la création de l'Espace européen de l'enseignement supérieur, qui ont eu lieu tout au long de la semaine avec plusieurs invités connectés au secteur.

Le ministre a cité l'exemple portugais des écoles polytechniques qui, au cours des cinq dernières années, ont "une très bonne expérience dans le renforcement des formations initiales de courte durée" qui, selon lui, est "l'un des éléments les plus importants de l'innovation dans l'enseignement supérieur".

Le ministre a défendu la «continuité des formations courtes dans l'enseignement polytechnique initial et les diplômes de premier cycle», étant que, «maintenant, il est important de transmettre cela aux adultes actifs et à l'enseignement postuniversitaire dans les universités».

«Avoir des diplômes plus courts, mais continuer à étudier tout au long de la vie est quelque chose que nous avons appris de cette crise. (…) Nous voulons donner à chacun la possibilité d'acquérir différents types de compétences tout au long de sa vie », a-t-il ajouté.

Selon lui, les citoyens ne doivent pas «suivre un seul cours long, mais suivre plusieurs cours, certains plus courts que d'autres, et ils peuvent acquérir et adapter leurs compétences à leur propre réalité».

Selon Manuel Heitor, qui a critiqué les «formations excessivement longues», les «heures d'enseignement (dans le pays) sont beaucoup plus élevées que la moyenne européenne», comme en témoignent les «sociétés anglo-saxonnes, tant en Angleterre qu'aux États-Unis (qui ) ont environ 14 à 15 heures de cours par semaine, par élève ».

«Le centre de l'Europe, la France, la Belgique, la Hollande, en a un peu plus, 16 à 18, et au Portugal nous avons déjà 28 heures par semaine et, en ce moment, nous en avons 22 à 24, selon les parcours, et c'est pourquoi nous sommes une charge d'enseignement par élève supérieure à la moyenne européenne et, pour moi, il n'y a pas de raison », a fait valoir le ministre.

IYN // SR

Le contenu Le ministre de l'Enseignement supérieur préconise des cours plus courts et moins d'heures hebdomadaires apparaît d'abord à Visão.