« Nous avons des nouvelles que cette année, le nombre de candidats à la maîtrise en enseignement a beaucoup augmenté, ce qui est un signe très positif », a déclaré João Costa dans des déclarations à l’agence Lusa.

Selon le ministre, les données recueillies auprès des recteurs et directeurs de certaines institutions indiquent que le nombre de candidats, dans certains cas, a triplé et a donné comme exemple le master en enseignement de l’histoire, à la Faculté des lettres de l’Université de Lisbonne.

Considérant qu’il s’agit d’un signe positif de la volonté des jeunes d’être enseignants, João Costa a également souligné la nécessité pour les établissements d’enseignement supérieur d’augmenter le nombre de places disponibles pour ces cours.

« Les universités et les instituts polytechniques sont les seuls à pouvoir former des enseignants, par conséquent, l’enseignement supérieur doit ouvrir des postes vacants en fonction des besoins de ce pays et de ce désir croissant des jeunes d’être enseignants », a-t-il déclaré.

Dans un contexte de pénurie d’enseignants dans les écoles, une réalité plus pressante dans certaines régions du pays, mais avec une tendance à s’aggraver au niveau national dans les années à venir, le ministre a également reconnu la nécessité de rendre la carrière d’enseignant plus attrayante. , aussi pour ces jeunes.

« Pour qu’ils puissent envisager cette carrière non pas comme une carrière à domicile sur le dos, mais comme une carrière dans laquelle ils peuvent être liés en permanence à une commission scolaire et pouvoir organiser leur vie en conséquence », a-t-il expliqué.

Dès septembre, le ministère de l’Éducation rencontrera à nouveau les syndicats du secteur pour négocier la révision du modèle de recrutement et de placement des enseignants, avec des changements qu’il entend contribuer précisément à cette valorisation.

De cette révision, le ministre attend un modèle qui assurera une plus grande stabilité pour les professeurs et un maillage plus rapide des professeurs contractuels.

Lors des réunions d’aujourd’hui, la modification du régime spécifique de qualification pour l’enseignement a été discutée, qui, au cours de la prochaine année universitaire, sera également étendue aux diplômes post-Bologne, et l’arrêté qui définit les exigences minimales, en termes de crédits ECTS obtenus au cours parcours académique dans certains domaines scientifiques, afin d’enseigner chaque matière.

Parmi les principales innovations, João Costa a souligné la création d’un programme de suivi, axé sur la composante pédagogique, pour les enseignants ayant leurs propres qualifications et l’extension aux diplômés en psychologie et anthropologie pour enseigner ces matières dans l’enseignement secondaire.

Par rapport à la proposition initiale, et conformément aux préoccupations exprimées par les syndicats, le ministre a décidé de retirer ses propres qualifications pour le préscolaire et le 1er cycle.

MYCA // JMR