Selon l’ordonnance, à laquelle Lusa a eu accès, signée par le magistrat du député coordinateur du district de Lisbonne, Paulo Morgado de Carvalho, les demandes de refus du procureur Marta Viegas présentées par les défenses des accusés Rui Pinto et Aníbal Pinto ont été jugés hors délai, soulignant « ne pas avoir motivé les requérants ».

« En l’espèce, compte tenu de la date de dépôt des demandes et compte tenu du fait que le fait invoqué comme source de méfiance a été relevé lors de l’audience du 22-04-2022, aucune des demandes en cours d’analyse n’apparaît de temps », peut-on lire dans le document.

La réunion en question a eu lieu le 8 septembre 2020, quatre jours après le début du procès, et a réuni Rogério Bravo, Paulo Abalada, José Garcia, José Amador et Hugo Monteiro, en plus du procureur. Cependant, l’existence de la réunion n’a été révélée que le 22 avril 2022, lorsque l’inspecteur de la PJ Aida Freitas (qui a été appelée et n’était pas présente) a rejoint – dans le cadre de la confrontation avec son collègue Hugo Monteiro – un e-mail envoyé par José Amador en qu’il a appelé ses collègues à « affiner la stratégie de l’enquête ».

Pour le coordinateur du parquet du district de Lisbonne, le délai pour présenter un incident de refus face au « fait grave et grave qu’il considère comme pouvant susciter des soupçons » est de 10 jours, le décompte commençant « à la date à laquelle le demandeur a pris connaissance du fait sur lequel la demande est fondée ».

La demande d’Aníbal Pinto ayant été soulevée le 9 mai et celle de Rui Pinto le 11 mai, le délai de 10 jours aurait déjà été dépassé, selon l’article 105 du Code de procédure pénale (CPP) cité par le magistrat.

Dans le même temps, les demandes ont été jugées irrecevables, dans la mesure où « l’incident de refus n’aura d’effet utile que si le magistrat titulaire n’a pas épuisé son pouvoir de décision dans la phase procédurale qu’il dirige ». L’ordonnance précise également qu’« après ce moment, en raison de la nature des pouvoirs procéduraux auxquels le député assiste, l’incident de refus s’avérera inutile ».

« Pour les raisons ci-dessus, qu’elles soient dues à l’improvisation ou à l’irrecevabilité, les demandes présentées par les défendeurs ne peuvent donner suite », lit-on dans l’ordonnance.

Le coordinateur du député de l’arrondissement de Lisbonne a également soutenu qu' »aucun autre élément n’a été présenté pour étayer les allégations formulées en ce sens que le magistrat aurait pu instruire, influencer ou altérer le témoignage des inspecteurs » de la PJ, soulignant qu’à cette date, il n’y avait toujours pas de divergences dans les versions des inspecteurs des rapports de diligence externe préparés par le pouvoir judiciaire.

« Les contacts entretenus par les parlementaires, dans le cadre de leurs attributions fonctionnelles, avec les corps de police judiciaire, ne sont pas aptes à intégrer un motif grave et sérieux susceptible de justifier un refus », conclut Paulo Morgado de Carvalho, qui renvoie à la communication de la décision .à la juge Margarida Alves, informant également le procureur général de la République et le procureur général régional de Lisbonne.

Le procès Football Leaks a été suspendu en raison de ces incidents de refus et il n’y a actuellement aucune session prévue.

Rui Pinto, 33 ans, est responsable d’un total de 90 crimes : 68 d’accès abusif, 14 de violation de correspondance, six d’accès illégitime, ciblant des entités telles que le Sporting, Doyen, le cabinet d’avocats PLMJ, la Fédération portugaise de football (FPF ) et le parquet général (PGR), ainsi que pour sabotage informatique du SAD du Sporting et pour extorsion, sous la forme de tentative. Ce dernier crime concerne Doyen et a également conduit à l’inculpation de l’avocat Aníbal Pinto.

Le créateur des Football Leaks est libre depuis le 7 août 2020, « en raison de sa collaboration » avec la Police Judiciaire (PJ) et de son « sens critique », mais est, pour des raisons de sécurité, inclus dans le programme de protection des témoins dans un lieu tenu secret et sous protection policière.

JEU // RV