Le ministre de la Modernisation et de l’Administration publique a garanti aujourd’hui que les retards avec la carte de citoyen étaient en cours de récupération, ajoutant qu’entre septembre et mai, 2,4 millions ont été livrés en personne et près de 500 000 par courrier.

Lors de la discussion à l’Assemblée de la République du gouvernement du projet de loi visant à modifier les procédures liées à la délivrance, à la délivrance et à l’utilisation de la carte de citoyen, qui méritait le consensus de presque tous les bancs, Alexandra Leitão a été confrontée au PCP, Bloc de gauche et PSD avec les retards dans les renouvellements et les éditions de ce document.

Le député BE José Manuel Pureza a attiré l’attention sur les quelque 200 000 cartes de citoyen qui n’ont pas encore été délivrées et sur le manque de ressources humaines à l’Institut des greffes et notaires (IRN), qui a subi une baisse de 20 %.

Le député du Parti communiste portugais António Filipe a également souligné que « l’IRN manque de ressources humaines » et a mis en garde contre « les difficultés de renouvellement » de la carte de citoyen.

À son tour, la députée PSD Márcia Passos a été la plus critique à l’égard de la proposition du gouvernement, arguant que « tout n’est pas OK dans l’IRN » et que les magasins des citoyens « restent fermés » et « il n’est pas possible de prendre rendez-vous par téléphone car aucun on répond ».

Márcia Passos a également mis en garde contre le temps qu’il faut à un citoyen pour programmer le renouvellement de sa carte de citoyen, en donnant l’exemple du quartier de Porto où il faut attendre entre quatre et six mois.

Le député a déclaré qu’il y avait encore de nombreuses cartes de citoyen qui avaient déjà été émises, « mais qu’il y a des mois de retard pour être délivrées ».

En réponse, le ministre a déclaré qu’il n’est pas vrai que les magasins du citoyen sont fermés, précisant qu’ils ont été fermés pendant certaines périodes de la pandémie, mais que, cependant, ils ont déjà ouvert sur rendez-vous.

Au parlement, Alexandra Leitão a avancé quelques chiffres pour montrer la reprise des retards occasionnés par le confinement dû à la pandémie.

« Le magasin du citoyen de Laranjeiras passait 5 000 appels par jour en temps normal. Quand un magasin comme celui-ci est fermé pendant un, deux, trois mois, on voit facilement ce qu’il faut pour faire cette reprise », a-t-il déclaré.

Le ministre a déclaré qu’entre le 19 avril, date de la réouverture des magasins du citoyen, et le 31 mai, le nombre de présences en face à face dans les magasins du citoyen a presque atteint 300 000 et, en 2020, date à laquelle ils ont également été fermés, les magasins du citoyen effectué trois millions de consultations en face à face.

Le responsable gouvernemental a également déclaré qu’entre septembre 2020 et mai 2021, 2,4 millions de cartes de citoyens ont été délivrées en personne, près de 500 000 par la poste et environ 20 000 dans les espaces citoyens, des solutions plus petites qui fonctionnent dans les paroisses.

« Nous avons ici une reprise d’une situation difficile qui est de devoir passer après une situation qui a été provoquée par la fermeture due au confinement », a-t-il affirmé.

L’un des changements apportés à cette proposition du gouvernement est de permettre aux citoyens portugais sans adresse postale physique d’indiquer l’adresse d’un conseil paroissial ou municipal, d’un service local de sécurité sociale et d’une association ou entité de la société civile à but non lucratif, lors de la fabrication de la carte de citoyen. .

Pour le ministre, il s’agit d’une mesure d’une importance énorme pour les personnes qui vivent dans la rue ou en situation de précarité dans des logements de transition.

La proposition précise que les modalités de cette formalisation, y compris le modèle d’autorisation par l’entité à laquelle se réfère l’adresse, « sont définies par arrêté des membres du Gouvernement chargés des domaines de l’intégration et de la migration, des finances, de l’administration intérieure, de la justice, modernisation administrative, administration locale et sécurité sociale ».

Interrogé sur l’avis de l’Association nationale des Mancípios portugais (ANMP), qui a prévenu que cette question n’est pas encore réglementée, le ministre a déclaré que le gouvernement entendra « l’ANMP lors de la rédaction de l’ordonnance qui densifiera la norme du diplôme qui se réfère aux autarcies ».

Le projet de loi PAN a également été présenté lors du débat, qui met en œuvre le droit à la carte de citoyen pour les personnes sans domicile.

« En 2021, il existe encore des obstacles pour une personne sans domicile fixe, soit pour accéder à la carte de citoyen, soit pour accéder au certificat d’insuffisance économique », a déclaré la députée du PAN Bebiana Cunha, notant que l’une des raisons est « qu’elle ne peut pas indiquer de résidence adresse ».

Le député a indiqué que le PAN entend « aller un peu plus loin » de la proposition du gouvernement, notamment en veillant à ce que l’adresse d’un sans-abri ou d’une personne sans domicile « puisse être une adresse d’un appartement, un numéro de téléphone ou une adresse d’e -poster ».