Le président du PSD, Luís Montenegro, a estimé ce lundi que le gouvernement est « incapable de soutenir la dégradation du Service national de santé (SNS) » en commentant la promulgation de son statut.

« Premièrement, il y a encore beaucoup de choses qui seront réglementées et, par conséquent, c’est un instrument législatif qui, à lui seul, ne résout rien. Deuxièmement, indépendamment de ces changements législatifs, la vérité est que le gouvernement est absolument incapable de soutenir la dégradation du service national de santé et la capacité de réponse des services de santé », a déclaré Luís Montenegro, à Pombal (Leiria).

Le social-démocrate a défendu la nécessité de « donner aux gens une parole de tranquillité et de sécurité », mais ce n’est pas celle qu’il a entendue « de la part des membres du Gouvernement concernant la fermeture des urgences, notamment en obstétrique-gynécologie, c’est-à-dire » eh bien nous essayons et nous attendons avec un acte de foi que le temps résoudra la situation’ ».

« Il y a un problème structurel au sein du National Health Service. Il y a un problème de recrutement des gens, du personnel médical et pas seulement », a-t-il souligné, notant que ces derniers mois « le résultat de plusieurs années d’absence de politique dans le domaine de la santé » a été « très accentué » et « seuls ceux qui ne veulent pas le voir ne sont pas vus ». à voir ».

Le chef du PSD a illustré qu’« il y a de plus en plus de listes d’attente, des gens qui n’ont pas de réponse quand ils en ont besoin, que ce soit en consultation, en chirurgie ou en urgence ».

« Il y a un désinvestissement global, même si le gouvernement en vient à dire qu’il dépense plus d’argent. Si vous dépensez plus d’argent, c’est parce que vous le dépensez mal ou que vous ne savez pas, du moins, gérer le système », a-t-il dit, attribuant cette situation « comme un épilogue à plusieurs années de politiques très nettement idéologiques ». du point de vue de la nationalisation » de tous les services publics rendus aux citoyens », a-t-il soutenu.

Accusant le gouvernement dirigé par le socialiste António Costa de ne penser qu’à l’État et à l’appareil d’État, le Monténégro rétorque la nécessité de penser aux citoyens, ceux qui n’ont pas les moyens d’aller chercher la réponse qu’ils ne trouvent pas dans les services publics. .

« Cela se fait avec une complémentarité entre les régimes public, social et privé », a-t-il défendu, ajoutant que l’exécutif « n’a pas la capacité de répondre à la demande que le moment a apportée du point de vue de l’inefficacité des services publics en tant que tels ». un ensemble ».

Le dirigeant a énuméré la sécurité et « l’épisode absolument insolite qui allait créer les commissariats dits mobiles et les premiers ont été cassés » et aussi l’éducation, « quand, à la fin de l’année scolaire, plusieurs milliers d’élèves n’avaient pas de professeur, au moins ».

Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a promulgué ce lundi le statut du SNS, estimant qu' »il serait incompréhensible » de le retarder, et a exhorté le gouvernement à accélérer sa réglementation et à clarifier les points ambigus, sous peine de se perdre « une opportunité unique ».

Le chef de l’Etat a estimé que, trois ans après l’approbation de la loi fondamentale sur la santé, au parlement, « il faut récupérer les années perdues, à savoir, avec la pandémie » et c’est pour cette loi qu’il doit « entamer toute réforme sérieuse. , santé efficace et globale au Portugal ».

Marcelo Rebelo de Sousa est d’avis que le statut du SNS « tente de résoudre certains des problèmes existants », à savoir la flexibilité des structures, la possibilité de « solutions exceptionnelles pour les zones géographiques les plus défavorisées », la création de différents régimes de santé professionnels et une direction exécutive – qui reste à créer -, divisée en « interventions de l’État, des responsables de l’administration centrale et des responsables des différentes formations sanitaires ».

« L’intention a des aspects positifs », a-t-il souligné, mais le diplôme du gouvernement « soulève des doutes » sur trois aspects « qui doivent être pris en compte »: « Le temps, l’idée de la direction exécutive et la combinaison entre la centralisation dans cette direction et les promesses de décentralisation de la santé ».